Pour entreprendre le virage des médias sociaux

Virage 2.0 Virage 2.0

2011 mars

1

LA COURSE À L’INFLUENCE

posted by Raymond Morin on Mardi, mars 29th 2011


LA COURSE À L’INFLUENCE…

 LA MORT ANNONCÉE D’UN PALMARÈS KLOUT

Déjà en janvier dernier, lorsque KLOUT a annoncé la levée de 8,5 millions de dollars US pour monter ses propres listes, mon exercice de palmarès des influenceurs du Web au Québec m’apparaissait subitement devenu inutile. Jusqu’alors, il n’existait pas de liste regroupant les professionnels du Web au Québec, et ça semblait répondre à un certain besoin des entreprises et des organisations.  En tous cas, ça a suscité de très nombreuses réactions. Ça aura permis d’amorcer le débat sur la notion d’influence dans les médias sociaux parmi les professionnels du Web au Québec.

 

Au départ, j’ai commencé par dresser une liste personnelle des micro-blogueurs et micro-blogueuses francophones d’ici (du Québec). Comme TWITTER était (du moins encore en novembre 2010) la principale métrique de base de KLOUT,  j’ai démarré mon palmarès avec ma liste d’abonnés et d’abonnements. Au fil des nouvelles publications, j’ai ajouté de nouvelles entrées, souvent suite aux suggestions et aux demandes des utilisateurs. Lors de la dernière parution, le TOP 100 – Influenceurs Web du Québec comptait plus de 185 noms de professionnels de tous les secteurs, qui utilisent Twitter (et les médias sociaux de façon plus large) dans le cadre de leurs fonctions, et qui échangent à ce sujet en ligne.

 


DE NOUVEAUX OUTILS DE MESURE PLUS COMPLETS

En fait, n’eut été de l’initiative du start-up de San Francisco, qui m’a un peu par surprise, j’aurais sûrement poursuivi l’aventure avec plaisir, et publié 2 fois par mois mon palmarès KLOUT des influenceurs du Web au Québec.  Cependant, dès le début, c’était l’histoire d’une mort annoncée d’avance. Au moment où KLOUT commençait à révéler ses lacunes, notamment au niveau des mises à jour de son algorithme, d’autres start-up émergeaient avec leurs propres métriques de mesures, parfois complémentaires ; PEERINDEX, TWITALYZER, RETWEETRANK, TWITTERGRADER, TWITFLUENCE, MIXTENT et CROWDBOOSTER, pour n’en nommer que quelques-uns.

 

Alors, pour continuer d’alimenter la discussion autour de la notion d’influence dans les médias sociaux, j’ai opté pour PEERINDEX, pour une raison très pratique. Une des nouvelles applications de l’outil permet de dresser des listes interactives, pouvant accéder au profil détaillé du professionnel, mais également d’afficher en temps réel ses résultats à travers son activité sur TWITTER, FACEBOOK, LINKEDIN, et sur son blogue personnel.

 

UN ENJEU MAJEUR POUR LES PROFESSIONNELS DU WEB PARTOUT DANS LE MONDE

Quand on sait qu’en 2010, les PME ont plus que doublé leur utilisation de TWITTER, et qu’en 2012 (selon une étude du Winterberry Group), ces investissements passeront à plus de 840 millions $US, on comprend que la notion d’influence dans les médias sociaux prenne une aussi grande importance parmi les enjeux à venir d’Internet.

 

Partout dans le monde, la question d’influence dans les médias sociaux continue de susciter de nombreuses discussions et échanges parmi les observateurs. En France, sur le site de MyCommunityManager, Regis Vansnick a récemment publié un très bon article sur le sujet : «Mesurer l’influence sur Twitter», tandis que son compatriote Cedric Deniaud, du cabinet conseil The Persuaders, mettait en ligne le fruit de ses réflexions avec un excellent billet : «Les six typologies d’internautes».

 

C’est l’américain Mark Schaefer qui a cependant parti le bal avec un premier papier «Get Ready ! Social Scoring Will Change Your Life» paru dans Businesses Grow. Aussitôt, Billy Mitchell, de Business2Community répliquait avec un billet «Who Cares About Your Klout ? Do You ? ».  Et, tandis que David Armano, du Harvard Business Review publiait «The Six Pillars of New Influence», Chris Kieff, de 1GoodReason proposait une première grille de mesure basée essentiellement sur une évaluation quantitative : «9 Points Social Media Expert Evaluation». Plus récemmnent, Vocus et Brian Solis dévoilaient aussi les résultats de leur étude «What Makes An Influencer», et le débat des spécialistes de la scène internationale se déplaçait à Montréal, avec Mitch Joel de Twist Image et son excellent billet : «Making Sense of the Mess».

 

UN DÉBAT À SUIVRE…

Assurément, le débat va se poursuivre encore pendant plusieurs mois, et les nouveaux outils de mesure, de plus en plus en plus sophistiqués émergent sur le Web en version bêta. Dans un prochain billet, je vous dévoilerai les résultats de mes propres expériences dans la course à l’influence dans les médias sociaux. Je vous ferai également le bilan de ma première année sur TWITTER et dans la blogosphère.

 

Mais, en attendant, vous pourrez continuer de me suivre sur FOURSQUARE, et sur TWITTER, et de me retrouver sur l’un de mes groupes FACEBOOK et me lire et me laisser vos commentaires sur mon blogue-portfolio WORDPRESS. Vous pourrez aussi visionner mes clips sur YOUTUBE, et regarder mes galeries de photos sur FLICKR. Et, finalement, si vous souhaitez aller plus loin, vous pourrez aussi me retrouver sur EMPIREAVENUE, et si le cœur vous en dit achetez mes actions pendant que je serai en vacances… 

 

TOP 200 – PROFESSIONNELS DU WEB AU QUÉBEC, SELON L’INDICE PEERINDEX

Alors, pour continuer d’alimenter la discussion, voici un nouveau palmarès : le TOP 200 des professionnels du Web au Québec (francophone et anglophone), selon le nouvel indice de PEERINDEX (plus de 270 noms, en date du 5 avril 2011) :