Pour entreprendre le virage des médias sociaux

Virage 2.0 Virage 2.0

ambassadeurs

0

Les trois grands défis du marketing d’influence.

posted by Raymond Morin on Samedi, mai 31st 2014

Une étude d’Augure France

Par Raymond Morin

Au début de l’année, j’ai été approché par la firme de communications et de marketing digital Augure, en France, pour participer à une étude sur le marketing d’influence.  Cette vaste étude, réalisée auprès de plus de 600 professionnels du marketing et des communications dans le monde, a permis de cibler les principaux enjeux des entreprises et des organisations face au marketing d’influence dans les médias sociaux.

defi-marketing-influence-686x182Dans un article paru en février, Arnaud Roy fait ressortir les statistiques les plus probantes de l’étude, et identifie les trois grands défis qui attendent les attendent les entreprises et les organisations qui adoptent le marketing d’influence dans leurs campagnes :

61 % : identifier les influenceurs pertinents pour leurs marques et leurs campagnes,

56 % : attirer l’attention et développer une relation durable avec les influenceurs,

44 % : mesurer et évaluer le ROI des actions de marketing d’influence,

Les résultats diffèrent selon la langue et le type d’entreprises. Par exemple, pour le marché anglophone (71 % des répondants), le retour sur l’investissement demeure le principal défi. Il sera donc intéressant de comparer aussi les résultats selon les marchés. 39 % des répondants sont dans des marchés hispanophones, 32 % dans des marchés francophones et 29 % dans des marchés anglophones ou d’autres pays.

1 – Comment identifier les influenceurs pertinents pour sa campagne

L’article d’Arnaud Roy aborde directement cette question, et me cite : «Selon moi, il y a les macro-influenceurs (célébrités, experts, journalistes, vedettes), et les micro-influenceurs (employés, collaborateurs, clients-ambassadeurs). Pour simplifier, il y a ceux qui sont déjà bien établis, et ceux qui se révèlent à travers les médias sociaux. Mais, il faut toujours tout ramener à une notion de contexte : on n’est influent que dans certains sujets donnés

profil-influenceur-686x257Les résultats de l’étude révèlent en effet que seulement 9 % des répondants pensent qu’un score Klout élevé est un indicateur d’influence.

Et, lorsqu’on leur demande d’identifier ce qui permet d’identifier les influenceurs, près de 80 % (79 %) placent sa capacité de mobiliser des opinions et de susciter des réactions (l’écho ou résonance) en tête de lice, 73 % privilégient son potentiel d’audience et la taille de sa communauté (l’exposition ou reach), et 62 % priorisent son niveau de conversation et d’échanges sur un sujet donné (part de voix ou relevance). Dans ce sens, l’étude démontre que le «score social» n’a finalement qu’une importance relative face à l’engagement et la conversation.

Plus loin, l’article d’Arnaud Roy relève aussi les principaux indicateurs utilisés par les entreprises et les organisations pour mesurer l’efficacité de l’action des influenceurs dans leurs campagnes.  Les chiffres qui en ressortent vont dans le même sens ;

-       65 % des répondants calculent les mentions obtenues sur les blogues et les réseaux sociaux

-       51 % privilégient les partages des contenus à travers les réseaux sociaux

-       42 % visent d’abord le trafic entrant sur leur site ou leurs plateformes sociales

-       31 % priorisent encore le nombre d’opportunités commerciales générées

2 – Comment développer une relation durable avec les influenceurs

Avant d’entreprendre et de développer une relation professionnelle durable avec les influenceurs, il faut savoir quel canal utiliser pour interagir avec eux, et comment attirer leur attention.  À ce sujet, l’étude d’Augure France identifie quelques pistes intéressantes :

-       66 % des répondants privilégient le courriel

-       57 % utilisent Twitter

-       52 % commentent sur les blogues des influenceurs

-       38 % vont sur LinkedIn

-       29 % se tournent vers Facebook

-       11 % participent à des forums

-       9 % utilisent Google +

attentes-influenceurs-686x387Pour les professionnels du marketing, des communications et des relations publiques interrogés, les influenceurs se montrent plus réceptifs à tout ce qui leur permet d’améliorer la qualité de leurs contenus et de leurs interventions dans les médias sociaux, plutôt qu’aux bénéfices matériels (rémunération ou cadeaux) :

-   31 % : l’aide à la création de contenus

-   28 % : le partage d’infos exclusives et des contenus de qualité

-    16 % : la rémunération

-    12 % : les invitations et privilèges aux événements

-      9 % : les test bêta de nouveaux produits

-       4 % : les autres compensations diverses (cadeaux, échantillons)

Sur cette question, Arnaud Roy ajoute aussi mon commentaire : « Il faut qu’il existe une certaine cohérence entre le profil de l’influenceur et la demande de la marque.  Personnellement, comme je ne prendrai jamais la parole en faveur d’un produit ou d’un sujet que je n’assume pas, il faut qu’il s’établisse une certaine convergence entre les intérêts de la marque, et les miens. »

3 – Comment évaluer le ROI d’une activité avec les influenceurs

mesurer-influenceur-686x97Finalement, l’article d’Arnaud Roy souligne également quelques données très intéressantes de l’étude sur la préoccupation qu’accordent (encore et toujours…) les agences et les marketeurs au retour sur l’investissement.

collaboration-influenceurs-686x309

Dans un premier temps, il révèle pourquoi on fait appel aux influenceurs :

- 76 % pour le lancement d’un nouveau produit ou d’une nouvelle marque

-   57 % pour la promotion et la diffusion des contenus

-   50 % pour l’organisation d’événements et de webinaires

-   44 % pour la gestion de crises

-   22 % pour la communication corporative

L’étude d’Augure France détermine également, avec plus de précisions, les motifs et les raisons invoquées par les agences et les entreprises pour faire appel aux influenceurs.  Dans leurs communications de produits, les répondants estiment qu’ils peuvent obtenir les meilleurs résultats de leurs campagnes avec les influenceurs dans trois principaux secteurs, et à qu’à ce titre, ce sont les secteurs à privilégier :

-       55 % dans l’organisation d’événements

-       31 % avec les tests de produits

-       17 % avec les échantillons et les cadeaux

Parallèlement, les entreprises semblent compter aussi beaucoup sur l’impact des influenceurs dans leurs réseaux, pour amplifier leur message : 44 % déclarent même collaborer régulièrement avec différents influenceurs pour la rédaction et la co-création de contenus.

Toutefois, si les répondants déclarent que le retour sur l’investissement demeure une de leurs trois principales préoccupations, l’étude d’Augure France démontre en même temps que près de 70 % (69 %) de ceux qui ont pris le virage se révèlent satisfaits de leurs activités avec les influenceurs, tandis que les résultats passent à 80 % pour ceux pour qui ça fait plus de deux ans.  Les priorités des entreprises continuent donc d’évoluer.  Or, si le ROI reste encore une priorité pour les marketeurs, on sent que cette question commence à prendre moins d’importance.

En somme, l’étude d’Augure France démontre que la science du marketing d’influence dans les médias sociaux continue d’évoluer en maturité, et que les marketeurs et les entreprises intègrent de plus en plus les notions d’influence dans leurs campagnes.  Ils font désormais une distinction plus nette entre les influenceurs et les ambassadeurs.  Le ¨score social¨ ne représente plus autant d’importance à leurs yeux que la pertinence des interventions et la co-création de contenus.  Les relations durables et profitables avec les influenceurs et les ambassadeurs prennent le dessus sur le retour sur l’investissement.

Autant d’observations qui permettent de croire que le marketing d’influence dans les médias sociaux continuera de s’implanter dans les pratiques de marketing et de communications au cours des prochaines années.

Qu’en pensez-vous ? Dans vos campagnes, comment intégrez-vous le marketing d’influence dans les médias sociaux. Partagez vos expériences et vos commentaires.

 

 

 

 

 

 

 

0

Les clients d’abord : 4 façons d’impliquer ses meilleurs ambassadeurs

posted by Raymond Morin on Mercredi, mai 14th 2014

Entrevue avec Benoit Simard, VP Marketing Affaires chez TELUS Québec

Par Raymond Morin

Au fil des quinze dernières années, les nouvelles technologies du Web et des médias sociaux ont radicalement transformés la relation marque-client. Aujourd’hui, grâce aux applications de son téléphone mobile intelligent et à sa connexion Internet, le consommateur branché de la Génération C est devenu un consomm’acteur en puissance, capable  d’exercer un véritable pouvoir économique d’influence sur les marques.

Pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs, les entreprises et les organisations ont dû modifier leur approche de vente et de marketing.  Avec les réseaux sociaux, la relation marque – client doit se trouver au centre de leurs préoccupations. Aujourd’hui, les nouveaux consommateurs branchés se fient d’abord aux recommandations des pairs, et au «bouche-à-oreille», et les publicités traditionnelles n’ont plus guère d’impact dans l’acte d’achat.  Les entreprises et les organisations doivent miser sur la satisfaction du client, avant de passer à la vente. C’est la notion du marketing «entrant» (Inbound Marketing).

imagesC’est ce qu’à très bien compris la direction de TELUS en 2009 lorsqu’elle a prit le virage client, en introduisant son programme «Les clients d’abord». C’est ce qu’expliquait François Gratton, PDG de TELUS Québec, dans une entrevue accordée à La Presse : «On a décidé d’inverser la pyramide en donnant à nos employés de première ligne, ceux qui font directement affaires avec la clientèle, les clés de l’entreprise». (Lire aussi : François Gratton, PDG de TELUS Québec – Un secret bien gardé, de Jean-Philippe Décarie, dans La Presse Affaires)

Le plus faible taux de désabonnement chez les télécoms au Canada

Depuis l’acquisition de Québec Téléphone, au début du millénaire, TELUS a investit plus de 16 milliards $ dans le développement de ses infrastructures, et compte aujourd’hui plus de 2 millions de connexions – clients, dont 75 000 clients affaires.  Actuellement, TELUS Québec embauche plus de 6 000 employés, dont 1 400 au bureau-chef à Rimouski, où se situe aussi l’un des 2 centres d’hébergement intelligent de données au Canada. Et, même si l’entreprise a dû investir beaucoup dans l’embauche de nouveau personnel pour mieux répondre aux besoins de la clientèle, ce fut un investissement très profitable.

01Aujourd’hui, selon le classement international de Aon/Hewitt, TELUS Québec est l’entreprise de télécom qui présente le plus haut taux de mobilisation des employés avec plus de 87% (83% au Canada), alors qu’il était de 57% avant le virage. Or, cette mobilisation du personnel se traduit par des résultats éloquents ; TELUS affiche le plus faible taux de désabonnement au Canada avec moins de 1% (0,99%), pour le premier trimestre de l’année 2014, comparativement à 1,20 % pour BELL et 1,24% pour ROGERS. Et, dans le monde, le titre boursier de TELUS représente le meilleur taux de rendement de tous les titres de télécoms, avec un ROI de 280% de 2000 à 2014.

1 – Remettre les clés de l’entreprise au personnel

Cependant, le premier défi qui attendait TELUS, en instaurant le programme Les clients d’abord, furent de faire endosser et adopter cette nouvelle culture d’entreprise par le personnel et les collaborateurs.  La façon la plus logique fut de les impliquer dès le départ dans les décisions stratégiques.

BenoitSimardTELUSEn anglais, on utilise le terme empowerment, tandis que dans la langue de Molière, plusieurs termes sont acceptés ; habilitation, capacitation, pouvoir-faire et autonomisation sont souvent employés, que l’on se trouve d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique. C’est d’ailleurs un terme qui reviendra souvent dans l’entrevue que m’a accordé Benoît Simard, VP Marketing Affaires. Quoiqu’il en soit, la définition reste la même dans les deux langues ; c’est l’octroi du pouvoir aux individus et aux groupes pour agir sur les conditions sociales, économiques, politiques ou écologiques qu’ils subissent. Dans le marché B2B, pour les entreprises, c’est d’accepter de remettre ses clés aux employés. À l’ère numérique, c’est le nouveau paradigme imposé par les consommateurs branchés de la Génération C.

Lorsque Darren Entwistle, le CEO de TELUS Canada est venu annoncer le virage de l’entreprise au personnel de TELUS Québec en 2009, Benoît Simard, VP Marketing Affaires s’en souvient encore ;  «Il a su rallier l’ensemble de l’organisation derrière cette priorité, d’une véritable main de maître. Dans un speech mémorable, il nous a rappelé que ça ne devait pas venir du président ou de la direction, mais plutôt de la base, parce que c’est elle qui est en contact avec la clientèle. C’est à partir de là que tout a commencé à prendre forme, et que c’est devenu notre objectif numéro 1. Notre nouvel indice de mesure est alors devenu le taux de probabilité que nos clients nous recommandent. Car, en bout de ligne, si quelqu’un est prêt à te recommander à un ami, à un membre de sa famille, ou à un collègue, c’est qu’il a vécu une expérience qu’il juge satisfaisante.» raconte le VP Marketing Affaires en entrevue.

Pour transmettre cette nouvelle priorité au personnel, TELUS a commencé par encourager les initiatives partout dans l’organisation. Dans ses objectifs annuels de performances personnelles, chaque employé devait alors proposer différentes initiatives reliées au programme Les clients d’abord.  Plus d’une centaine de propositions ont ainsi été retenues et catégorisées selon les grands enjeux de l’entreprise, pour être graduellement appliquées au cours des dernières années. Avec comme résultat que l’entreprise de télécom canadienne présente aujourd’hui le meilleur taux de mobilisation de ses employés, non seulement au Canada, mais partout dans le monde (selon Aon/Hewitt).

2 – Susciter l’engagement volontaire par le «crowdsourcing»

«Nous avons commencés par éduquer nos gestionnaires, nos membres de l’équipe, qu’il n’y a pas de «slide» magique qui permet de régler tous les problèmes de système et d’expérience – client. Nous avons utilisés la méthode du «fair process» pour aborder le problème sous un autre angle, en allant consulter nos gens pour identifier ce que l’on devait faire pour améliorer nos produits et services, et s’assurer de ce qui fait vraiment la différence chez-nous ; le service à la clientèle, la qualité du réseau, la stabilité de nos systèmes, et la cohérence de tous nos points de contacts.» explique Benoit Simard.

Vous-ets-au-coeur-de-TELUSCependant, ce changement de culture d’entreprise ne s’est pas fait du jour au lendemain. Au début, seulement 2 ou 3 personnes étaient autorisées à aller sur les médias sociaux. Mais, rapidement, la direction s’est aperçue qu’elle devait faire confiance à son personnel.  «Les employés ne demandent que ça, bien servir ses clients. Il n’y a personne qui part travailler le matin en voulant être déplaisant avec ses clients. Mais, comme entreprise, est-ce qu’on leur donne des outils pour bien servir la clientèle, ou est-ce qu’on ne les encadre pas trop en leur liant les mains avec des procédures qui les en empêchent ?… C’est là que nous avons décidés de changer nos indices de mesure, à la suggestion des employés. Et, la première initiative que nous avons mis de l’avant a été de remettre 60% de la compensation variable des gestionnaires en lien avec le nouvel indicateur ; la probabilité qu’un client nous recommande, en se disant que si un client est satisfait, et est prêt à nous recommander, les autres indicateurs devraient suivre

À partir du moment où l’entreprise a intégrée le «crowdsourcing» dans sa démarche, les initiatives des employés se sont multipliées, notamment avec des outils de communications plus efficaces, pour que le personnel de première ligne puissent ramener les commentaires et les recommandations des clients aux bons départements, tant au niveau du produit, du service que du prix et de la perception de la marque.

3 – Analyser le taux de probabilité de recommandations du client

Avant le virage, dans les centres d’appel, le personnel était évalué au temps qu’il mettait pour répondre au client. Depuis l’introduction du programme Les clients d’abord, la principale question est de savoir si tout a été mis en œuvre pour répondre au problème.

corp-backgrounders-marquee«Nous avons développés des algorithmes très très compliqués pour savoir si le client, par exemple, a été transféré, ou s’il a rappelé au centre.  Évidemment, s’il rappelle, c’est qu’il n’a pas été bien servi. Est-il allé à un magasin TELUS, ou chez un compétiteur, pour régler son problème ? S’il le fait, c’est qu’il n’a pas été bien servi. Mais, il a fallut travailler dans notre système, pour ramener toutes ces données à un dossier client unique… Aujourd’hui, chez TELUS, on ne fait plus de transfert dans les centres d’appel, si ce n’est que c’est l’employé qui va réexpliquer le problème plutôt que de demander au client de l’expliquer pour la Xième fois.  Ça nous a donné des résultats phénoménaux, nos appels répétitifs ont descendus, et le nombre de plaintes a chuté.  Au pays, la valeur moyenne à vie des clients de TELUS est la plus élevée que dans toute autre compagnie de télécom.» poursuit Benoît Simard, avec une certaine fierté.

Aujourd’hui, chez TELUS, le taux de satisfaction et de probabilité de recommandations du client est évalué selon quatre principaux critères ;

-       la qualité du produit

-       les prix compétitifs

-       la perception de la marque

-       l’expérience du client

Ce sont ces quatre questions fondamentales qui déterminent l’indice de recommandation du client.  Toutefois, l’entreprise ne se contente pas d’analyser le taux de satisfaction de sa clientèle, et cherche à comprendre les motifs d’insatisfaction. Et, si un produit n’est pas prêt, ou que le personnel ne possède pas suffisamment d’expérience du produit pour assurer un service à la clientèle hors-pair, l’entreprise va retarder son lancement.  Comme elle l’a fait pour la télévision au Québec, alors qu’elle connaît beaucoup de succès avec la télé par fibre optique dans ses territoires traditionnels.

4 – Reconnaître et récompenser la mobilisation de son personnel de première ligne

À partir du moment où TELUS s’est ouvert au «crowdsourcing», les initiatives des employés dans le cadre du programme Les clients d’abord se sont multipliés, incitant l’entreprise à récompenser les meilleures. À chaque lundi, tous les employés reçoivent un courriel de la direction soulignant les réussites de la semaine, comme les problèmes qui subsistent, pour tenter de trouver les meilleures solutions. De la même manière qu’on le fait régulièrement pour les vendeurs, TELUS a aussi décidé de souligner les résultats des autres départements, comme le service à la clientèle et les techniciens à domicile en organisant le «Customer First Gala», en lien avec son programme. Un événement annuel où chaque unité d’affaires au Canada délègue ses meilleurs éléments, pour être reconnus par l’ensemble de l’organisation. Une série d’incitatifs et de bénéfices sont évidemment réservés aux récipiendaires.

dancers-300x225«Trop souvent, dans une organisation, travailler dans les centres d’appel, c’est débuter en bas de l’échelle. Mais, lorsque tu mets ces gens-là en avant, et que tu leur dis que ce qu’ils ont accomplis durant l’année a fait une différence, et que tu les remercies pour ça, ça a un effet de levier extraordinaire. » ajoute Benoit Simard dans l’entrevue.  «Au début, nous avons passé un message au personnel en leur disant : Nous ne sommes pas parfaits ! Et, nous ne serons pas capables d’atteindre nos objectifs seuls, mais ensemble, nous pouvons faire de grandes choses. La réponse du personnel a été très claire.  Ils ont vite compris le message, et se sont dits : OK ! Nous faisons partie de la solution ! Nous ne devons plus attendre que la direction règle les problèmes pour nous. Chacun, nous devons régler les problèmes que nous pouvons régler soi-même, et ensemble, nous y parviendrons.»

Qu’en pensez-vous ? Croyez-vous qu’une entreprise doit remettre ses clés à son personnel ? De quelles façons impliquez-vous vos ambassadeurs en entreprise ? Partagez vos idées et commentaires.

(NOTE : Cette entrevue a été sollicitée à titre personnel, et cet article n’est pas commandité.  Les propos et commentaires que j’y tiens n’engagent que moi.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

La montée des ambassadeurs et influenceurs en entreprises

posted by Raymond Morin on Vendredi, avril 25th 2014

Les influenceurs des médias sociaux s’intègrent désormais dans les stratégies de marketing

Par Raymond Morin

En 2014, la plupart des experts et des études commanditées par les agences de recherche, placent le marketing de contenus et d’influence parmi les principales priorités des dirigeants d’entreprises.  Un peu, partout dans le monde, les spécialistes et blogueurs s’entendent sur l’importance du marketing de contenus et d’influence dans les médias sociaux pour les organisations.

Infographie - Étude sur le statut du marketing d'influence, par Augure Communications

Infographie – Étude sur le statut du marketing d’influence, par Augure Communications

(MaJ – 27 avril 2014) – Puisque la publicité et les médias traditionnels ne rejoignent plus les consommateurs, les entreprises et les marques décident de devenir eux-mêmes leur propre média, et planifient désormais leur présence dans les réseaux sociaux comme des éditeurs Web. Pour se démarquer du flot incessant de contenus et d’informations, et retenir l’attention de leur clientèle, les entreprises doivent faire preuve de créativité et miser sur la qualité de l’expérience des utilisateurs. Les organisations doivent donc adopter de nouvelles approches d’affaires, en valorisant l’implication des employés et le service à la clientèle.  Souhaitant obtenir les recommandations des leaders dans les médias sociaux, les entreprises intègrent davantage les notions du marketing d’influence dans leurs campagnes de communications et de relations publiques. Et, depuis quelques temps, on voit émerger deux nouveaux types d’influenceurs, qui occupent cependant des rôles très différents ; les ambassadeurs en entreprises (Office Influencers), et les influenceurs – reporters (Social Media Influencer Reporters). (lire aussi : Et si la tendance se maintient … 2014, le jour d’après! 14 tendances à surveiller durant l’année)

Ambassadeurs dans les médias sociaux : un nouveau rôle pour les leaders en entreprises

Toutefois, si les influenceurs (ou ambassadeurs) en entreprises intéressent de plus en plus les marques et des organisations, il importe néanmoins de faire la distinction entre ses objectifs de marketing et de communications ou de relations publiques pour choisir les bons.  Et, comme le soulève mon amie et collègue torontoise Judy Gombita dans un excellent article, paru sur PR Conversations, les entreprises doivent éviter de tomber dans le piège en considérant ces influenceurs uniquement comme des «commodités commerciales». (Lire aussi Social sniff test : Engaging Social Employees as Advocates or Treating Them as Commercial Commodities ?, par Judy Gombita, sur PRConversations )

Les organisations et les entreprises doivent plutôt chercher à établir une relation confiance mutuelle avec les influenceurs. Pour qu’ils recommandent un produit ou un service dans leur communauté, tant les ambassadeurs à l’interne que les influenceurs à l’externe, doivent eux-mêmes en avoir une totale confiance. Pour bien véhiculer le message de l’entreprise, ils doivent d’abord adopter la vision et la culture de l’organisation. Avec les influenceurs, les entreprises doivent surtout éviter de chercher à tout prix à contrôler le message, en voulant exploiter leurs plateformes sociales comme des espaces de publicités inclusives (native advertising). Et, comme le souligne Judy dans son article, ne pas confondre info-publicités et contenus sponsorisés.

Bâtir une vision d’entreprise forte

Pour s’assurer de choisir les bons ambassadeurs parmi les leaders en entreprise, il importe d’abord s’assurer qu’ils comprennent bien et qu’ils partagent la vision et la culture de l’entreprise. L’organisation doit donc avoir clairement défini ses objectifs dès le départ pour définir par la suite avec eux la nature de leur mandat.

Mais, avant tout, il faudra dresser un portrait web/médias sociaux complet de son personnel, et de ses collaborateurs, et déterminer leur niveau d’adoption des différentes plateformes. Pour s’assurer de choisir les bons ambassadeurs, les entreprises devront alors procéder à une analyse contextuelle approfondie des différents candidats, et déterminer si leurs contenus, et la portée de leur communauté en ligne correspondent à la clientèle visée. Et, si au sein de ces communautés, leur leadership personnel et leur niveau de compétences répondent au contexte spécifique de chacune des campagnes ou activités de promotion. Divers outils, comme Traackr, permettent d’effectuer une analyse approfondie des influenceurs. (lire aussi : Les cinq C du marketing d’influence dans les médias sociaux)

Michel Therrien derrière le banc des Canadiens (Image RDS.ca)

Michel Therrien derrière le banc des Canadiens (Image RDS.ca)

À compter du moment où une entreprise se lance dans une campagne d’ambassadeurs en entreprises, elle doit leur fournir un cadre propice à la socialisation, à l’expression de leurs idées, et favoriser une approche créative de leur travail. Et, tout faire en sorte qu’ils se sentent supportés, valorisés et appréciés dans leurs démarches. Il s’avère donc essentiel d’impliquer dès le départ tous les départements concernés, des ventes au marketing jusqu’au service à la clientèle et les relations publiques, sans toutefois jamais mettre de pressions. Comme Kelly Hungerford, de Paper.li, le suggère dans l’article de Judy, il est préférable de ne pas établir des cadres trop stricts, et de rester flexible aux changements qui ne manqueront pas d’arriver.

Toutefois, même si les ambassadeurs en entreprises se révèlent la plupart du temps les porte-paroles les plus efficaces, et souvent les plus fidèles, d’une marque, ils peuvent aussi s’avérer la source d’erreurs, dont découleront les catastrophes et crises que toute entreprise veut éviter sur les réseaux sociaux. Mais, plutôt que de chercher à contrôler le message, l’entreprise doit chercher à travailler en équipe avec les ambassadeurs. Développer avec eux une étroite collaboration, pour s’assurer d’atteindre ensemble les objectifs, ou de réajuster le tir en conséquence, le cas échéant. Un peu comme l’entraîneur d’une équipe de hockey qui veillera à ce que chacune de ses lignes adoptent le plan de match.

Les influenceurs – reporters remplacent les relations de presse traditionnelles

Matthew Marley (mmarley.com)

Matthew Marley (mmarley.com)

Depuis quelques temps, on remarque aussi l’émergence d’un nouveau rôle pour les influenceurs des médias sociaux ; celui de SMI Reporter. Avec le rejet massif de la publicité par les consommateurs, les entreprises sollicitent davantage les influenceurs pour couvrir leurs événements corporatifs. Peu à peu, ces nouveaux influenceurs-reporters viennent remplacer les relations de presse traditionnelles. 

Plusieurs collègues américains et canadiens, qui ont relatés leurs nouvelles expériences d’influenceur-reporter, se révèlent d’ailleurs grandement satisfaits de leur collaboration avec les organisations. Au Québec, au cours des derniers mois, diverses agences et entreprises m’ont sollicités et m’ont confiés ce mandat d’influenceur-reporter pour leur activité de lancement, leur conférence ou leur événement corporatif. À chacune des occasions, l’expérience s’est soldée par un vif succès, tant au niveau de la promotion avant l’activité que durant l’événement.

À titre de consultant et d’influenceur-reporter, j’ai justement collaboré récemment avec le comité-organisateur du CONVIVIUM 2014, et de la Journée Nationale de l’Industrie des Réunions (JNIR). Organisé par le chapitre Montréal – Québec du MPI (Meeting Professionals International), cet événement réunissait près de 120 planificateurs et organisateurs d’événements, de colloques et de congrès au Fairmont Château Montebello, pour prendre le pouls des nouvelles tendances de l’industrie.

Une fois de plus, j’ai pu constater comment un personnel convaincu et motivé, qui se sent impliqué dès le début dans une campagne, peut en devenir le meilleur ambassadeur en ligne, et se révéler un formidable levier pour le succès d’un événement corporatif. La participation extraordinaire de toute l’équipe bénévole d’étudiants de l’ITHQ (Institut des Tourisme et d’Hôtelerie du Québec), sous la supervision de Suzanne Bédard, en a été un exemple probant durant toute la journée. La dizaine de jeunes de l’école d’hôtellerie réputée ont apportés un support très efficace sur place au comité-organisateur de MPI Montréal-Québec et à l’équipe technique, tout en collaborant étroitement avec celles du Fairmont Château Montebello, pour offrir aux participants les meilleures conditions et le meilleur environnement.

Présentation au CONVIVIUM 2014 du MPM Montréal-Québec, au Château Montebello - 11 avril 2014

Présentation au CONVIVIUM 2014 du MPM Montréal-Québec, au Château Montebello – 11 avril 2014

En tant qu’influenceur-reporter, j’ai également eu le plaisir d’apporter ma contribution avec ma chronique sur Virage 2.0, et d’aider à rejoindre efficacement les participants (près de 93 % de participation) à travers les réseaux sociaux. Pendant la journée, j’ai également eu la chance d’assister à plusieurs conférences très intéressantes, notamment avec Maxime Boilard, de CANU, et François Lanouette, président de MPI Montréal-Québec.

Et, à en juger par les commentaires et les réactions enthousiastes de tous ceux rencontrés sur place, le CONVIVIUM 2014, placé sous la thématique interactive du «Coureur des bois 3.0»,  et de la Journée Nationale de l’Industrie des Réunions (JNIR) la veille, furent deux journées mémorables dont tous les participant(e)s parleront encore longtemps au cours des prochaines semaines. D’ailleurs, plusieurs se sont déjà donnés rendez-vous pour le Tournoi de golf annuel qui se déroulera le 19 juin prochain.

Pour moi, ce fut une autre expérience qui m’a démontré une fois de plus que le nouveau rôle d’influenceur-reporter des médias sociaux peut apporter des dividendes fructueux, tant pour l’influenceur (ou l’ambassadeur) que pour l’organisation. Et ce, bien au-delà des compensations ou commandites régulières offertes par les entreprises ou les agences. Personnellement, et professionnellement, c’est ce niveau de collaborations naturelles que j’aspire lorsque je négocie un nouveau mandat. Plusieurs nouveaux mandats m’attendent d’ailleurs avec différents professionnels rencontrés durant la journée du CONVIVIUM 2014. Ce fut donc une journée très profitable, à tous les points de vue.

Certes, les nouveaux rôles d’influenceur-reporter et d’ambassadeur en entreprises restent encore à définir plus clairement. Mais, déjà plusieurs entreprises et organisations en tirent profit. Les notions de marketing d’influence dans les médias sociaux continuent de s’implanter tant au sein des entreprises que des agences de marketing, et ces deux nouveaux types d’influenceurs continueront de prendre de plus en plus d’importance dans les campagnes de communications et de relations publiques au cours des prochains mois.

Qu’en pensez-vous? Croyez-vous que les ambassadeurs en entreprises et les influenceurs-reporters peuvent jouer un rôle important dans le succès d’une campagne de marketing ou de relations publiques dans les réseaux sociaux? Partagez vos idées et vos commentaires à propos de cet article, et le marketing d’influence dans les médias sociaux. 

Lire aussi sur le meme sujet :

The Hidden Value of Influencers on B2B Marketing, by Lee Odden – TopRank Blog http://www.toprankblog.com/2014/04/influencers-b2b-marketing/

Office Influencers : A New Job ? (by Rachel Feintzeig), via Eric Vernette sur Consommateur Influenceur http://consommateurinfluenceur.blogspot.ca/2014/04/office-influencer-new-job.html

How Social Employees Make Great Brand Ambassadors (Infographic by Digital Influence Group), by Jorgen Sundberg, via The Undercover Recruiter http://theundercoverrecruiter.com/social-employees-brand/

6 Steps to Turn your Business Leaders into Brand Influencers, by Jeff Roach,  via Mark Harai – Digital Entrepreneur Blog http://markharai.com/6-steps-to-turn-your-business-leaders-into-brand-influencers

5 leçons pour construire une stratégie de marketing d’influence efficace, par Arnaud Roy, via Augure http://www.augure.com/fr/blog/strategie-marketing-influence-20140414?utm_source=googleplus&utm_medium=social&utm_campaign=webinar-forrester

 

 

1

Marketing d’influence : Pour en finir avec le «score social»

posted by Raymond Morin on Mercredi, avril 9th 2014

Klout et Lithium : Vers une plus grande personnalisation de l’offre

Par Raymond Morin

imgres-11Les derniers mois ont été particulièrement fertiles dans les médias sociaux. Les fusions et les acquisitions d’entreprises se sont multipliées, apportant une plus grande profondeur aux principaux joueurs de l’industrie. Celle de Klout, le «standard de la mesure d’influence», par Lithium Technologies aura assurément un très gros impact sur le marketing dans les médias sociaux.

Avec cette acquisition, Lithium Technologies fait converger les informations mensuelles de plus de 100 millions de consommateurs, avec la banque de données de plus de 500 millions de d’utilisateurs touchés par l’outil de mesure d’influence dans les médias sociaux. En effet, la liste des données personnelles disponibles via les plateformes sociales recensées par l’algorithme de Klout est impressionnante.  Seulement sur Facebook et LinkedIn, Klout extrait une quinzaine de données fournies par l’utilisateur pour calculer son «score social». L’outil accède également à nos données sur Twitter, Instagram, Google+, FourSquare, YouTube, WordPress, Flickr, Yammer, Bing et Last.fm. Avec l’apport des données de Klout, Lithium est donc en mesure d’établir un portait très précis des centres d’intérêts des consommateurs, et ainsi de mieux guider les marques dans leurs campagnes. Est-ce à l’avantage du consommateur? (lire aussi : What Does Klout Know About You, de Jim Dougherty sur LeadersWest)

Doit-on craindre le profilage commercial?

imgres-12Avec un accès aussi ciblé d’informations personnelles sur les consommateurs, doit-on craindre le profilage commercial? La question a été soulevée récemment à l’émission de Bazzo, à Télé-Québec, avec Jacques Nantel, professeur titulaire au HEC Montréal, et Jean-Hugues Roy, professeur à l’École des médias de l’UQAM. (voir aussi : Doit-on craindre le profilage commercial, sur Bazzo TV). Un débat pertinent, certes, et tout à fait justifié, qui mérite largement qu’on y porte attention. Toutefois, si la situation présente une certaine menace pour la confidentialité des consommateurs, elle offre aussi plusieurs avantages.

Le profilage commercial ne représente pas que des désavantages.  Il permet notamment aux marques de mieux cibler les intérêts des clients potentiels, et de ne leur proposer que des contenus et des publicités qui peuvent les concerner.  Avant Lithium, Apple avait également adopté cette tangente avec l’acquisition de Topsy en 2013. Et, d’autres entreprises comme Traackr, Appinions et Augure, avaient choisies de privilégier l’analyse contextuelle de l’influence dans les médias sociaux avant le ¨scoring social¨, qui n’est finalement que la pointe de l’iceberg, qu’un aperçu du véritable capital social d’un influenceur dans les médias sociaux. Avec l’acquisition de Klout, Lithium confirme cette tendance, comme l’explique Azeem Azhar, le CEO de PeerIndex dans son récent billet sur LinkedIn, en relatant son entrevue avec Joe Fernandez, le fondateur de Klout : Why Lithium Bought Klout – Social Depth. Il en ressort finalement que c’est le consommateur qui en profitera le plus.

Faire ressortir les ambassadeurs potentiels parmi les utilisateurs

images-16Pour les marques, ce virage présente donc plusieurs avantages.  En ciblant davantage les intérêts des clients, cette nouvelle approche du marketing d’influence permet non seulement de leur proposer des contenus appropriés, mais aussi de découvrir plus facilement les ambassadeurs potentiels parmi tous les utilisateurs.

En pouvant cibler aussi précisément les centres d’intérêts des utilisateurs, les marques peuvent déterminer plus facilement quel type de promotion sera susceptible d’intéresser leurs clients.  D’ailleurs, de plus en plus d’entreprises et d’organisations choisissent d’ailleurs d’offrir des programmes de récompenses et des expériences exclusives aux utilisateurs les plus fidèles, plutôt que d’investir en publicités.  En misant sur la qualité de l’expérience de l’utilisateur, les marques répondent ainsi aux nouvelles attentes des consomm’acteurs que sont devenus les consommateurs branchés de la Génération C.

En les impliquant dès le début du processus, par exemple comme bêta testeurs de nouveaux produits ou services, ou en leur offrant des périodes d’essais et des produits promotionnels (perks), les marques dénichent ainsi plus facilement les ambassadeurs potentiels à travers tous leurs utilisateurs. D’une certaine façon, cette nouvelle approche démontre une volonté des marques de se rapprocher de leur clientèle, et de leur remettre le pouvoir d’achat entre les mains. Les marques apprennent davantage de leurs clients, et ce sont les deux parties qui en bénéficient en bout de ligne.

Si l’on doit bien évidemment demeurer vigilant quant à la manipulation, la confidentialité et la sécurité des informations personnelles des consommateurs, on ne doit pas non plus négliger les avantages qu’ils peuvent en retirer. Les utilisateurs, particulièrement chez les nouvelles générations, hyper-informés, se révèlent dorénavant des consomm’acteurs en puissance ; ce sont eux qui sont devenus les véritables influenceurs dans les médias sociaux. Toutes les récentes études le confirment ; les utilisateurs se fient davantage aux contenus et aux recommandations de leurs pairs, qu’à toutes autres formes de publicités ou de sollicitations commerciales.

Alors, même s’il s’avère que l’information c’est le pouvoir, comme Marshall McLuhan l’avançait lui-même, il y a cinquante ans, il ajoutait aussi : «Nous façonnons nous-mêmes nos outils, et ceux-ci, à leur tour, nous façonnent».  À nous d’y voir!

Que pensez-vous de l’acquisition de Klout par Lithium? Croyez-vous qu’il s’agit d’un avancement pour la nouvelle science du marketing d’influence? Est-ce que ça profitera aux consommateurs? Partagez votre opinion, et commentez cet article.

Lire et voir aussi :

Klout Redesign & New Partnership, de Jenny Wittman sur Cision Navigator

Stop Scoring Influence, Start Creating Influence Paths, de Danny Brown sur Influence Marketing

How Will Lithium Technologies Benefit From Klout, via FoxBusiness Video

Understanding Klout as a Brokerage Business, de Lucy Leiderman, sur The Next Web

The Millenials Trust User-Generated Content 50% Than Other Media, de Max Knoblauch, sur Mashable

 

 

4

La pyramide d’influence dans les médias sociaux

posted by Raymond Morin on Dimanche, février 16th 2014

La hiérarchie des besoins à l’ère numérique

Par Raymond Morin  (MaJ: 16 février 2014)

Depuis 1943, la théorie de la pyramide hiérarchique des besoins de Maslow a été largement exploitée, notamment pour mieux comprendre le comportement des consommateurs, mais aussi, plus récemment, pour décrire l’évolution des utilisateurs sur Internet.  (voir : Maslow’s Hierarchy of Needs via SMTT – Social Media TICS’s and Training) À mon tour, je vous propose une nouvelle version, inspirée des plus récentes déclinaisons Web 2.0, et de diverses recherches (Rogers, AIMIA), et qui établit un parallèle entre l’évolution des utilisateurs (à gauche), et celle des influenceurs (à droite).

Recommencer en bas de l’échelle

Infographie par Maximize Social Business

Infographie par Maximize Social Business

À l’ère numérique, cette nouvelle pyramide de l’influence dans les médias sociaux permet d’identifier à quel moment, dans la courbe d’adoption et de maturité des médias sociaux, les influenceurs se démarquent, et que les ambassadeurs (ou les détracteurs) se révèleront parmi les utilisateurs. Avec les médias sociaux, le premier enjeu qui attend les professionnels et les organisations est de revoir complètement leur approche, pour répondre aux attentes de leur clientèle.

Pour parvenir à se tailler une place dans les médias sociaux, ils doivent revoir leur positionnement à la base, et rebâtir leur réputation en ligne en développant une nouvelle identité numérique, solide et efficace, à travers les réseaux sociaux en réponse aux besoins de leur clientèle. Les professionnels, les entreprises et les organisations doivent d’abord apprendre à naviguer en toute sécurité dans un nouvel écosystème, où chaque geste posé, chaque action constitue une forme d’empreinte digitale, où chaque code, mots ou paroles émises contribuent à son ADN numérique. Par la suite, puisqu’aujourd’hui les consommateurs ne se réfèrent plus qu’aux recommandations de leurs pairs et au ¨bouche-à-oreille¨ dans l’acte d’achat, les entreprises et les marques doivent adopter une nouvelle approche davantage orientée vers le marketing d’influence et la qualité de relation qu’ils parviendront à établir avec eux.

Selon le contexte d’une campagne de marketing d’influence dans les médias sociaux, ce ne sont pas tous les types d’influenceurs qui pourront répondre aux besoins spécifiques de l’entreprise. Il faut donc pouvoir identifier à quel moment les leaders de notre communauté se démarquent, et affirment leur influence dans les différents médias sociaux. La pyramide des besoins de Maslow peut nous aider à mieux comprendre l’évolution des utilisateurs et des influenceurs à travers leur progression dans les médias sociaux

1 – Découvrir un nouvel écosystème

Que ce soit sur Facebook, LinkedIn, ou sur Twitter, au début, les premières expériences s’apparentent aux premiers jours de l’éducation pré-scolaire. Ça ressemble à un jardin d’enfants qui apprennent, pour la première fois à voler de leurs propres ailes, et à se faire une place dans la vie.

imgres-1

Les premiers jours, chacun reste dans son coin, écoute et regarde ce qui se passe. Peu à peu, au fur et à mesure qu’on se sécurise, on découvre un nouvel environnement, et assimile les nouvelles règles à suivre. Les plus timides hésitent avant de se mêler au groupe, tandis que les meneurs vont déjà essayer tous les nouveaux jouets, et commencer à faire des plans pour les prochains jours.

À ce niveau de la pyramide, les utilisateurs utilisent déjà le courriel et effectuent leurs premières recherches sur Google et Wikipedia, tandis que les influenceurs s’ouvrent des comptes sur les principaux réseaux sociaux, et réfléchissent déjà à la stratégie qu’ils déploieront pour se démarquer.

2 – Sortir de sa zone de confort

Au primaire, déjà la situation a beaucoup changée.  On réalise vite qu’on vient d’entrer dans le territoire des ¨grands¨, et que ça comporte aussi quelques risques. Loin du nid, on se laisse souvent intimider par les plus vieux dans la cour d’école, et instinctivement, on se rapproche de ceux qui nous ressemblent le plus.  Quelques-uns de nos premiers amis de la maternelle auront suivis, et plusieurs nouveaux copains s’ajouteront au groupe.

C’est au deuxième niveau de la pyramide que commence à se bâtir l’identité numérique. Tandis que les utilisateurs s’ouvrent une première page Facebook et cherchent à se protéger des pourriels et des logiciels malveillants, les influenceurs s’assurent de sécuriser leur réseaux et établissent leur politique d’utilisation des médias sociaux. À ce niveau, les motivations professionnelles des influenceurs commencent déjà à s’affirmer, alors que la majorité des utilisateurs continuent d’avoir une approche essentiellement ludique des réseaux sociaux.

3 – La transition de l’adolescence 

Au secondaire, la transition de l’adolescence se fait sentir à tous les instants. En même temps, la vie nous offres une multitude de nouvelles opportunités.  On cherche à s’affirmer davantage dans notre communauté, et on prend souvent l’initiative d’émettre son opinion et d’engager la conversation. Une phase qui se traduira le plus souvent par le partage et le réseautage.

images-3

C’est au troisième niveau de la pyramide que les influenceurs se démarquent vraiment, et qu’ils commencent à mesurer leur capital social. Les utilisateurs, qui continuent de naviguer ludiquement à travers les réseaux sociaux, s’ouvrent quant à eux un compte YouTube et commencent à ¨ tweeter ¨ pour partager leurs découvertes. Tandis que les influenceurs, qui ont déjà mis en ligne leur propre blogue, collaborent aussi à différentes plateformes et participent à divers forums et sessions de clavardage en ligne.  C’est le stade de la polyvalence.

4 – Commencer à faire sa niche dans sa communauté

Après le secondaire, plusieurs gradueront au collège avant de passer à l’université. Tandis que d’autres choisiront de ne pas poursuivre leurs études, et d’aller directement sur le marché du travail.  Ceux qui poursuivront auront gagné en confiance, et se seront donnés des objectifs précis.  À ce stade, le réseautage s’avère la grande priorité, et l’estime de soi et des autres deviennent l’objectif principal.

Au quatrième niveau de la pyramide des médias sociaux, les utilisateurs se retrouvent à un niveau d’influence comparable à celui des professionnels. Ils ont commencé à affirmer leur présence en publiant sur Instagram et les nouvelles plateformes, et clavardent allègrement avec leurs pairs. Leurs opinions commencent à compter pour les marques et les entreprises. Certains découvrent leur pouvoir d’influence, et n’hésitent pas à l’exercer. De leur côté, les influenceurs professionnels continuent d’affirmer leur autorité en publiant en ligne leurs ouvrages, et en proposant des podcasts.  À ce niveau, leur influence est déjà largement reconnue, et leur niche est déjà faite.

5 – La réalisation de soi-même et les collaborations

images-5

À l’université, c’est l’anti-chambre des ligues majeures. Les carrières se dessinent plus précisément, les projets de collaboration se mettent en branle, et on s’affaire à préparer sa maîtrise. Au cinquième et dernier niveau de la pyramide d’influence dans les médias sociaux, les utilisateurs s’accomplissent déjà, et exercent pleinement leur pouvoir d’influence en publiant blogues et commentaires sur les réseaux sociaux, tandis que les influenceurs donnent régulièrement des conférences et des ateliers de formations aux organisations.

En graduant, ambassadeurs et influenceurs auront atteint le plus haut niveau d’influence dans les médias sociaux.  Les médias solliciteront alors régulièrement leurs avis sur les grandes tendances, et les ouvrages publiés par les leaders d’opinion seront analysés à l’université.  Et, les propositions de collaborations afflueront.a dernière étape avant d’atteindre et de réaliser ses objectifs.

Avec le leadership viennent aussi les responsabilités

C’est à ce niveau de la pyramide que viennent les responsabilités sociales des influenceurs et ambassadeurs.  Ceux qui parviennent à ce leadership ont démontré leur influence tout au cours de leur progression dans les médias sociaux, en publiant des contenus de qualité et en s’engageant auprès de leur communauté.  Ils ont suscités des attentes auxquelles ils devront continuer par la suite de répondre. Or, à ce stade-ci, leur plus grande responsabilité sociale sera de redonner à la communauté, de transmettre leur savoir et leurs connaissances, et de partager leurs compétences. C’est à ce moment qu’ils auront vraiment réalisé leur mission.

Qu’en pensez-vous? Croyez-vous que les influenceurs ont une responsabilité sociale? Quelle relation entretenez-vous avec les influenceurs de votre communauté? N’hésitez pas à partager vos opinions et commentaires avec nos lecteurs.

 

 

0

Génération C : La clé de l’influence dans les médias sociaux ?

posted by Raymond Morin on Vendredi, janvier 17th 2014

Le capital social n’est que le volet visible de l’influence dans les médias sociaux

Par Raymond Morin

Au début de l’année, un journaliste du magazine français Marketing m’a contacté pour me proposer une entrevue sur l’influence dans les médias sociaux, en commençant par me demander ce que je pensais des outils de mesure comme Klout, Kred et PeerIndex.  Je lui ai simplement répondu que le marketing d’influence dans les médias sociaux est une nouvelle science beaucoup plus complexe que les algorithmes de ces outils,  et que je ne pouvais me limiter à ce sujet. Ça m’a amené à revisiter quelques-uns de mes billets publiés durant l’année, pour en faire finalement une synthèse, qui résume assez bien mon point de vue sur la question.

icebergs-still-threaten-ships-100-years-after-titanic_1

Le capital social d’un individu, déterminé par les divers outils d’analyse et de mesure d’influence ne représente que la partie visible de son influence dans les médias sociaux. Le marketing d’influence dans les médias sociaux est une nouvelle science beaucoup plus vaste, qui commence à peine à émerger.

C’est un nouveau champ de savoirs et de  compétences, qui se développe en accéléré, et qui dépasse nos schèmes d’apprentissage. C’est un tout nouvel écosystème qui ne se limite seulement à l’analyse et la mesure du capital social (social scoring), mais qui implique plutôt une nouvelle approche relationnelle entre les entreprises et les consommateurs branchés de la Génération C.

Au cours des prochaines années, le pouvoir économique de ces consomm’acteurs continuera de dynamiser les médias sociaux, et le marketing d’influence s’intègrera de plus en plus dans les stratégies d’entreprise. Avec l’arrivée des nouvelles générations, les milieux de travail s’adapteront graduellement aux médias sociaux, et les formations en optimisation révèleront un ¨must¨, au fur et à mesure que les entreprises miseront davantage sur leurs ressources.  (lire aussi : Et si la tendance se maintient… 2014 – Le jour d’après !)

Il n’existe pas de recette-miracle

Pour les entreprises et les professionnels, il n’existe pas de ¨posture stratégique¨ idéale ou de meilleures pratiques en matière de marketing d’influence dans les médias sociaux.  Chaque nouvelle planification stratégique doit être développée en fonction des objectifs spécifiques d’une campagne. Et, comme chaque campagne est unique, elle oriente la stratégie et les choix des outils.

imgres

Les outils analytiques et les algorithmes de mesure d’influence, comme Klout et Kred, se sont beaucoup améliorés au fil des années.  Leurs applications permettent aujourd’hui de mesurer efficacement l’activité dans les principaux réseaux sociaux, et d’obtenir un ¨score¨ basé sur la réponse des utilisateurs. Pour certaines campagnes, axées davantage sur un impact de masse, les influenceurs qui ressortent de ces listes peuvent se révéler tout à fait pertinents.  Mais, pour des campagnes plus ciblées, ces outils s’avèrent insuffisants.

Plusieurs autres outils de mesure de l’influence dans les médias sociaux peuvent aussi être combinés (comme Empire Avenue, Social Bro ou Twtrland). Ça dépend toujours du contexte de la campagne. La bonne combinaison de ces outils, selon les objectifs de votre campagne, vous permettra d’identifier principalement les influenceurs de votre réseau, ou des communautés ciblées.  Cependant, pour débusquer les ambassadeurs du lot, vous devrez utiliser d’autres outils de mesure d’influence, axés sur des algorithmes d’analyse plus contextuelle,  comme Traackr,  qui font davantage ressortir la pertinence du contexte et des contenus. (Lire aussi : Traackr, et l’influence contextuelle – Si le contenu est roi, le contexte est la reine !) 

Connaître ses objectifs et choisir le bon type d’influenceurs

Comme je le décrivais dans une chronique précédente, au départ, il est essentiel de déterminer d’abord quel type d’influenceur peut le mieux répondre aux objectifs d’une campagne de marketing d’influence.

On peut regrouper les influenceurs en deux principales catégories :

-       les macro-influenceurs : qui comprend les célébrités et les vedettes (qui ressortent dans les listes de Klout et Kred), mais aussi les leaders d’opinion, les spécialistes et les découvreurs de tendances, qui profitent de larges audiences.

-       les micro-influenceurs : qui regroupe les réseauteurs, les diffuseurs et grands utilisateurs, qui émergent et exercent un pouvoir d’influence au sein de communautés respectables

C’est parmi les micro-influenceurs qu’on retrouvent les ambassadeurs, ces influenceurs spontanés qui se révèleront les meilleurs avocats d’une marque ou d’une organisation.  On peut aussi les regrouper en deux principales catégories :

-       les employés et les collaborateurs : Ils se trouvent au sein même des entreprises et des organisations, et sont trop souvent inexploités

-       les clients et les utilisateurs : Ce sont les consommateurs branchés de la Génération C, ceux qui peuvent exercer, à tout moment, le véritable pouvoir d’influence sur les marques et les entreprises

(lire aussi : Comment reconnaître les ambassadeurs dans les médias sociaux)

imgres-3L’influence dans les médias sociaux se bâtit sur les relations

Dans une brillante étude de cas, qui décrit les résultats d’une campagne qu’il a appuyé pour l’organisme Amachi, Mark Schaefer démontre très bien comment l’influence dans les médias repose d’abord et avant tout sur la qualité des relations qu’on parvient à y établir.

Aujourd’hui, les consommateurs profitent du pouvoir que leur apportent les nouvelles technologies pour exercer une influence indéniable sur les marques et les organisations.  Ils exigent désormais d’être entendus à tout moment, et qu’on réponde à leurs moindres attentes. Par le biais des médias sociaux, ils sont devenus des consomm’acteurs, qui tiennent à s’impliquer dans chacune des étapes du processus. Ils exercent leur influence pour obtenir la plus grande satisfaction, et se révèlent finalement les véritables influenceurs des médias sociaux, forçant les marques et les entreprises à s’adapter. Les cas d’utilisateurs et consommateurs qui ont fait pliés les grandes marques, à la suite de plaintes sur les réseaux sociaux, se multiplient, et se révèlent une véritable hantise pour plusieurs entreprises.

Au cours des prochaines années, si elles veulent combler le fossé qui continue de s’élargir entre eux et les consommateurs, les entreprises et les marketeurs devront cesser de se baser uniquement sur le ¨score social¨ des individus pour déterminer la valeur de leur influence dans les médias sociaux. Et, plutôt apprendre à mieux comprendre ce qui motive la Génération C (des baby-boomers à la Génération Z), pour développer des relations personnalisées, basées sur une confiance mutuelle axée sur les valeurs de la communauté et la pertinence des contenus partagés. Car, ce sont eux qui détiennent probablement la clé de l’influence dans les médias sociaux. (lire aussi : Les cinq C du marketing d’influence dans les médias sociaux).

Et vous, que pensez-vous des outils de mesure d’influence et du «social scoring» en 2014 ? Quels outils utilisez-vous ? Partagez vos commentaires et vos opinions avec nos lecteurs ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0

Comment reconnaître les ambassadeurs dans les médias sociaux

posted by Raymond Morin on Mardi, octobre 29th 2013

Une question de contexte, de contenus et de synchronicité !

Par Raymond Morin

cropped-SynchroniCityAujourd’hui, avec l’omniprésence des plateformes sociales et des technologies mobiles, les entreprises et les organisations investissent davantage dans des campagnes de marketing d’influence dans les médias sociaux. Le pouvoir d’influence des consommateurs les a forcé à adapter leur approche, et à miser davantage sur l’impact des recommandations de pair-à-pair, et l’aspect viral du ¨bouche-à-oreille¨ pour rejoindre leur clientèle. 

Un des premiers enjeux des professionnels du marketing consiste donc à identifier les influenceurs potentiels au sein de leur communauté, et à reconnaître, parmi eux, ceux qui se révèleront les meilleurs ambassadeurs. Dans mes deux derniers articles sur Virage 2.0, j’identifiais les principales typologies d’influenceurs que l’on retrouvent généralement sur les différentes plateformes sociales, et les cinq conditions essentielles de l’influence dans les médias sociaux (Lire aussi : Influenceurs et ambassadeurs : Savoir faire la différence et Les cinq ¨C¨ du marketing d’influence dans les médias sociaux).  Deux premiers volets d’une analyse contextuelle, qui permettent seulement d’identifier les influenceurs et les experts des médias sociaux de son secteur d’activités, en se basant uniquement sur leur capital social.

Pour développer une campagne efficace de marketing d’influence dans les médias sociaux, les marketeurs ne peuvent plus se fier seulement sur le rayonnement et la portée des influenceurs. Ils doivent plutôt chercher à identifier parmi eux les meilleurs ambassadeurs, pour installer un contexte favorable et développer une relation de confiance avec les utilisateurs-consommateurs. Les influenceurs doivent devenir une courroie de transmission, un levier du message, pas seulement l’amplificateur.

Les trois principaux niveaux d’influence dans les médias sociaux

images

Dans un premier temps, les entreprises doivent donc déterminer, selon les paramètres et les objectifs spécifiques, quel niveau d’influenceurs ou d’ambassadeurs il conviendra de privilégier. Et, valider par la suite que ceux-ci répondent aux quatre volets contextuels du phénomène d’influence dans les médias sociaux.

Le premier niveau d’influenceur qui retient le plus l’attention des marketeurs est évidemment celui des influenceurs-vedettes. Ils profitent généralement d’une très large audience. On y retrouve des étoiles du monde du sport, des personnalités publiques ou des vedettes des médias ou du show-business. Commandités, ils accepteront d’agir comme porte-paroles promotionnels.  L’impact potentiel de ces influenceurs-vedettes repose essentiellement sur la portée de leur popularité (reach) et l’amplification (résonance) de leur message dans les réseaux sociaux, et ne peut finalement répondre qu’à des objectifs d’audience et d’achalandage.

Au deuxième niveau, l’équipe de marketing peut se tourner vers les experts des médias sociaux, qui offrent déjà un plus grand potentiel de conversion auprès des différentes clientèles. Ces leaders d’opinion font déjà figure d’autorité et de référence dans leurs communautés, et leur réputation est largement répandue dans les réseaux sociaux. Le plus souvent, il s’agit de journalistes et de chroniqueurs spécialisés, ou de professionnels passionnés, issus de tous les secteurs d’activités, qui se sont forgés une certaine crédibilité par une présence sociale active et des contenus pertinents. Naturellement, dans leurs interventions pour la marque, ces ¨ambassadeurs professionnels¨ veilleront d’abord à préserver leur propre crédibilité.  Pour obtenir leur entière collaboration, les entreprises devront donc d’abord mériter leur confiance.

Finalement, les marques qui espèrent profiter pleinement des retombées d’une campagne de marketing d’influence dans les médias sociaux, devront aussi porter une attention spéciale aux ¨ambassadeurs spontanés¨. On ne doit surtout pas négliger cette catégorie d’influenceurs potentiels, au contraire. Selon les plus récentes études de Nielsen, 92 % des utilisateurs-consommateurs se fient en premier lieu sur les recommandations de leurs pairs avant de prendre leur décision.

Sur les réseaux sociaux, ce sont les utilisateurs précoces (early adopters), ces utilisateurs en puissance (power users), qui s’empressent à la moindre occasion de partager spontanément leurs avis à leurs communautés. Il s’agit souvent d’un ami, d’un membre de la famille, ou simplement d’une connaissance qui va recommander le produit (ou le service) parce qu’il l’a lui-même essayé et adopté.  Et, c’est souvent au sein même de leur personnel et de leur organisation (parmi les employés dédiés et les clients satisfaits) que les entreprises retrouveront leurs plus ardents défenseurs dans les médias sociaux.  Cependant, parce que leur pouvoir d’influence demeure spontané, ces ambassadeurs naturels demeurent plus difficilement reconnaissables et identifiables parmi tous les utilisateurs.

Les quatre volets contextuels du marketing d’influence

imgres

Pour mieux comprendre la valeur des ambassadeurs, l’entreprise doit analyser les quatre volets contextuels du marketing d’influence dans les médias sociaux. Dans le processus d’influence, l’utilisateur-consommateur cherche à priori à répondre à un besoin personnel (un produit ou un service dont il souhaite profiter à court ou à moyen terme). Pour s’assurer de prendre la meilleure décision, et de faire le meilleur choix, il effectue ses propres recherches, et sollicite l’avis de son entourage. D’emblée, il est disposé à se laisser influencer par ceux à qui il accorde sa confiance (les pairs), et à ceux dont il reconnaît l’autorité de le faire (les experts des médias sociaux).

Une campagne de marketing d’influence dans les médias sociaux reposera donc sur un contexte favorable qui doit s’établir entre deux individus (l’influenceur et l’influencé). Ce contexte, essentiel au phénomène d’influence, repose sur la synchronicité de quatre volets qui doivent correspondre au moment opportun (timing) aux objectifs spécifiques d’une campagne (intents), tant au niveau de l’audience visée et de la présence sociale (locations) de l’influenceur, que de l’expertise et des contenus (topics) exploités pour y parvenir.

Les champs d’expertises : Les champs d’expertises de l’influenceur, et les contenus exploités durant la campagne, doivent correspondre au centre d’intérêts de l’influencé, et répondre à ses attentes.  La pertinence des interventions de l’influenceur joue un rôle prédominant dans le contexte d’une campagne de marketing d’influence dans les médias sociaux.

imgres-2Les intentions : La relation de confiance qui doit d’abord se développer entre l’entreprise et l’ambassadeur potentiel reposera sur des intentions mutuelles partagées. Par la suite, ce même contexte relationnel favorable pourra plus facilement s’établir à son tour entre l’ambassadeur et le consommateur.

La proximité : L’environnement social de l’influenceur doit correspondre à celui du consommateur.  Il peut s’agir du contexte géographique (ville, pays), du secteur d’activités, ou tout simplement des plateformes sociales où peuvent se retrouver l’influenceur et l’influencé.  L’influenceur doit se placer au même niveau que le consommateur.

La synchronicité : Le contexte temporel est primordial dans l’équation. Dans un premier temps, et la relation entre l’entreprise et l’ambassadeur doit se développer au moment opportun. L’expert des médias sociaux d’un secteur ne l’était peut-être pas nécessairement un an plus tôt. De la même manière, la relation qui se développera entre l’ambassadeur et le consommateur devra répondre à une certaine synchronicité.

Aujourd’hui, pour valider le contexte d’une campagne de marketing d’influence dans les médias sociaux, les entreprises et leur équipe de marketing/médias sociaux peuvent compter sur de nouveaux moteurs de recherches et de nouvelles applications Web, comme celles développées par Traackr et Appinions (et Augure en Europe). (lire aussi : 4 Ways Context Impacts Online Influence, and Why You Should Care… d’Evy Wilkins sur le blogue de Traackr)

Toutefois, s’il est possible d’effectuer une analyse plus contextuelle avec ces outils, et d’estimer la valeur des influenceurs dans le cadre d’une campagne, il demeurera toujours plus difficile de déterminer le moment propice pour entreprendre la conversation. Dans un prochain article, j’expliquerai comment on peut aussi se servir de la pyramide de hiérarchie des besoins de Maslow 2.0, et de la courbe d’adoption et de maturité des influenceurs, pour y arriver.

En attendant, je vous invite à poursuivre le débat, et à partager votre point de vue avec nos lecteurs. Selon votre expérience professionnelle, y a-t-il d’autres volets d’analyse contextuelle qu’une entreprise ou une organisation doit considérer dans une campagne de marketing d’influence dans les médias sociaux ?

 

 

 

 

 

3

Influenceurs et ambassadeurs : savoir faire la différence

posted by Raymond Morin on Samedi, août 31st 2013

Comment reconnaître les influenceurs et les ambassadeurs

par Raymond Morin

Récemment, un nouveau rapport de Pew Research démontrait que, pour la première fois, les médias sociaux ont définitivement déclassés les autres médias. Selon cette étude, l’effet viral du ¨bouche-à-oreille¨ et des recommandations de pair-à-pair a désormais plus d’impact auprès des utilisateurs et des consommateurs que la publicité traditionnelle.

Social_Influence_HeadCes nouvelles récentes statistiques viennent corroborer celles d’un rapport précédent de Nielsen, publié en avril 2012, qui révélait que 92% des utilisateurs vont se fier aux recommandations des ambassadeurs avant celles des influenceurs, et de toute autre forme de publicité. (lire : Advocates or Influencers : Which Are More Important to your Brand Marketing Success, de Jure Klepic, sur Huffington Post Business)

Un des premiers enjeux pour les professionnels et les chefs d’entreprises sur le Web est donc d’identifier les utilisateurs susceptibles d’influencer, favorablement ou non, le processus de décision de leurs pairs. Les professionnels du marketing et les entreprises l’ont compris, et intègrent dorénavant les notions de marketing d’influence et de contenus dans leurs planifications stratégiques. Toutefois, le marketing d’influence dans les médias sociaux s’avère une nouvelle science beaucoup plus complexe, qui ne repose pas uniquement sur des algorithmes de mesure et des listes d’influenceurs.

Pour identifier les influenceurs et les ambassadeurs, il convient d’abord d’analyser son propre réseau et de dresser le portrait ¨médias sociaux¨ de son organisation. Ensuite, de reconnaître les spécialistes  et les experts de la communauté parmi les cinq principaux types d’influenceurs qu’on rencontre dans les réseaux sociaux.

1 – Identifier les ambassadeurs potentiels à travers son réseau

Les premiers, et plus fidèles, ambassadeurs d’une marque se retrouvent souvent parmi les employés, les fournisseurs, les partenaires et les collaborateurs de l’entreprise. Puisqu’ils se trouvent en première ligne, ils sont les premiers à bénéficier du succès et la réussite sociale de l’entreprise. Sa bonne réputation devient alors une première source de motivation.

Pour identifier ces ambassadeurs potentiels, les professionnels du marketing doivent d’abord dresser le portrait ¨médias sociaux¨ de leur réseau, et déterminer le niveau de maturité d’utilisation des principaux intervenants (employés et directions, partenaires et collaborateurs, fournisseurs et distributeurs), de même que l’état du parc informatique (équipements, logiciels, applications).

Parallèlement, les professionnels et les entreprises sur le Web doivent porter une attention constante aux utilisateurs, et à la clientèle. Observateurs privilégiés, l’impact des consomm’acteurs (connected consumers) reste inconnu et insoupçonné jusqu’à ce qu’un élément déclencheur motive leur intervention ; ils deviennent alors soit les ambassadeurs idéaux, ou les pires détracteurs de la marque ou de la campagne. Ce sont des passionnés. (Lire aussi : Marketing d’influence – Quand l’utilisateur devient ambassadeur)

2 – Reconnaître les cinq types d’influenceurs des médias sociaux

Les cinq types d'influenceurs

Les cinq types d’influenceurs

Dans un article publié l’année dernière sur le site de l’agence Intelegia, (et repris en anglais sur la plateforme de Social Media Today), je proposais une première liste de cinq types d’influenceurs des médias sociaux.  Cette liste correspond aux cinq principaux types d’influenceurs que l’on peut rencontrer à travers les différentes plateformes. Cette liste s’inscrit parfaitement dans la courbe d’adoption des médias sociaux :

Les utilisateurs (social butterfly) : Le premier, et le plus important, bassin d’ambassadeurs potentiels.  Ce sont les utilisateurs de première ligne, parmi lesquels on peut retrouver les employés, les partenaires et les collaborateurs, et les clients satisfaits, ou insatisfaits.  Ils restent des observateurs silencieux jusqu’à ce qu’une expérience, heureuse ou non, les incitent à s’exprimer.  Même si, à première vue, leur réseau n’est pas aussi important que celui des autres types d’influenceurs, l’impact de leurs recommandations ou de leurs plaintes ne doit pas être négligé.

Les diffuseurs  (reporter) : Les reporters du Web et des médias sociaux, ceux qui vont relayer et amplifier le message à travers leur important réseau.  Ceux qui partagent le plus souvent les nouvelles et les contenus pertinents dans les réseaux sociaux, ce sont généralement les autres blogueurs, les chroniqueurs et journalistes spécialisés, mais aussi les curateurs de contenus et les éditeurs Web. Leur notoriété publique augmente considérablement leur portée, et l’impact (positif ou négatif) de leurs avis et recommandations.

Les réseauteurs (networker) : Possèdent généralement les plus grosses listes de contacts. Ce sont ceux qu’on retrouvent généralement sur toutes les plateformes, qui connaissent tout le monde, et que tout le monde connaît. Les gestionnaires de communauté et les CCO (Content Chief Officer), mais également, les super-utilisateurs toujours à l’affût de contenus pertinents et de qualité pour leur propre auditoire. L’étendue et la portée de leurs multiples réseaux augmentent d’autant plus l’importance de leurs recommandations.

Les branchés (trendsetter) : Les branchés sont les pionniers du Web, les premiers à découvrir les nouvelles tendances, à tester les nouveaux produits et services, les nouvelles plateformes et les nouvelles technologies. Leur expertise, largement diffusée, se révèle souvent une des sources privilégiées des utilisateurs, et des autres types d’influenceurs. Ils deviennent, en quelques sortes, les ¨hubs¨ de leur secteur, et s’avèrent des références incontournables.

Les leaders d’opinion (thought leader) : Les premiers visionnaires, les experts du marketing et des médias sociaux. Ceux qui influencent les autres types d’influenceurs dans leur démarche. La pertinence de leurs ouvrages, l’autorité qu’on leur reconnaît dans le secteur, et souvent leur charisme naturel, en font des leaders d’opinion (thought leaders). Ils présentent régulièrement des conférences, et leurs écrits sont souvent cités en référence.

À quel type d’influenceur vous identifiez-vous? 

Si cette liste se limite aux cinq principales catégories, c’est que ces principaux types d’influenceurs correspondent aussi, à mon avis, aux cinq ¨C¨ des médias sociaux et du marketing d’influence, tout comme à la courbe d’adoption des utilisateurs.  D’autres éléments importants qu’il faut, selon moi, prendre en considération pour bien identifier les influenceurs dans son réseau, et faire la différence avec les ambassadeurs qu’on retrouve parmi les employés et collaborateurs ou les meilleurs clients.

Cependant, il ne faut pas perdre de vue qu’un influenceur exerce aussi son influence dans un contexte spécifique, et unique, et qu’il ne se révèle finalement un influenceur que dans sa propre niche. Personne ne peut se prétendre spécialiste (et encore moins influenceur) dans tous les domaines.  Il existe donc une multitude d’autres types d’influenceurs que l’on peut rencontrer à travers les réseaux sociaux selon le créneau et la niche spécifique qui nous intéresse.

À ce sujet, le débat demeure ouvert. Et, les avis divergent beaucoup au sujet des types d’influenceurs du Web et des médias sociaux. La première matrice d’influence de Klout répertoriait pas moins de 16 types différents d’influenceurs parmi ses utilisateurs. Au début de l’année, Traackr a mit des visages sur 10 types d’influenceurs différents, avec une excellente infographie d’Eva Papadimitriou : The Many Faces of Influence. On y retrouve plusieurs des plus importants spécialistes des médias sociaux et du marketing de la planète, dont mon mentor, Neal Schaffer. Tandis, que plus récemment, RaynForest, qui vient aussi de lancer le TOP 10 Influencer Marketing Awards, proposait 14 types différents d’influenceurs avec une autre infographie. : The Future of Marketing and the 14 types of influencers.

Quoiqu’il en soit, pour les professionnels et les entreprises du Web et des médias sociaux, un des premiers enjeux demeure d’identifier et de différencier les ambassadeurs et les influenceurs en fonction de ses propres critères. Il existe plusieurs listes de types d’influenceurs parmi les utilisateurs d’un réseau ou d’une plateforme sociale. Il faut savoir les différencier.

Qu’en pensez-vous ? Quels types d’influenceurs et d’ambassadeurs reconnaissez-vous dans les réseaux sociaux? À quel type d’influenceur vous identifiez-vous? Partagez vos commentaires avec nos lecteurs.

2

TOP 25 – Influenceurs Generation C

posted by Raymond Morin on Dimanche, mars 24th 2013

Une première liste d'influenceurs personnalisée, avec Traackr  

Par Raymond Morin

La véritable valeur du «social scoring» en 2013

Comme je l’écrivais récemment sur [Naro] Minded, les agences de marketing commencent à adopter massivement la notion d’influence, et l’intègrent de plus en plus dans leurs budgets. Ce nouveau marché a littéralement explosé au cours des dernières années, et si la tendance se maintient, on continuera de voir émerger de nouvelles applications pour mesurer l’influence dans les médias sociaux. Cependant, les agences de marketing ont aussi très vite compris que l’influence dans les médias sociaux n’est pas un concours de popularité, et ne se limite pas au capital social des influenceurs.

imgresDans son récent billet, Reflections on Social Media Power and Influence, Mark Schaefer décrit très bien la valeur du «social scoring» en 2013 : «Un indicateur de la capacité relative d’un individu à créer du contenu qui suscite les réactions et le partage en ligne. Rien de plus, rien de moins… Comme les notes de crédit, le «score social» reste imparfait, et n’est pas nécessairement un bon indicateur du comportement à venir. Toutefois, ces indicateurs demeurent utiles. Dans le contexte actuel, combien de carrières dépendent dorénavant de la capacité des individus à produire et positionner efficacement du contenu sur le Web?» (Lire aussi Et si on remettait la mesure d’influence dans le bon contexte, sur [Naro] Minded)

Le pouvoir des recommandations, et l’effet viral du «bouche-à-oreille»

Aujourd’hui, les consommateurs branchés de la Génération C forcent les agences de marketing à adopter de nouvelles approches de marketing et de vente. Les plus récentes études démontrent que près de 9 utilisateurs sur 10 ne se fient plus qu’aux recommandations de leurs pairs (proches et amis), et se laissent influencer par l’effet viral du «bouche-à-oreille» au moment de passer à l’acte d’achat. Parmi tous les utilisateurs de leur communauté d’intérêts, les professionnels et les entreprises doivent donc chercher à identifier ceux qui se révèleront les influenceurs.

imgres-7Comme je l’écrivais dans mon billet sur [Naro] Minded, pour bien saisir l’impact du marketing d’influence, on doit donc considérer la situation à la fois sous l’angle de l’influenceur (l’expert), et celui de l’influencé (le consommateur et ambassadeur potentiel). Mais, pour bien comprendre le rôle de chacun (qui influence qui), on doit aussi s’interroger sur les intentions des deux parties, et déterminer le degré de réceptivité de l’un par rapport à l’autre. On doit se questionner sur la pertinence des contenus de l’influenceur, et se demander de quelles manières ces contenus peuvent répondre aux attentes de l’influencé.

Pour que s’établisse une relation d’influence, et que cette relation s’avère profitable pour les deux parties, un certain niveau de confiance et d’engagement doit cependant exister entre les deux.  Et, ce rapport dépend d’une série de facteurs contextuels qui vont au-delà de la mesure d’influence.  Le niveau de popularité, la réputation de l’influenceur, le contexte professionnel, la situation géographique et démographique, et le moment (timing) de la conversation peuvent jouer un rôle déterminant sur la réceptivité et la disposition de l’influencé. (Lire aussi : 4 ways context impacts online influence… and why you should care, par Evy Wilkins sur le blogue de Traackr)

TOP 25 – Influenceurs GÉNÉRATION C : une première liste personnalisée

Comme je l’écrivais aussi dans un autre billet, au risque de me répéter, aujourd’hui les entreprises peuvent compter sur de nouveaux outils de mesure d’influence contextuelle, comme Appinions, eCairns Conversation, eValue et Traackr.  

Contrairement aux listes d’influenceurs qui résultent des outils populaires comme Klout, Kred et PeerIndex, qui permettent d’établir le capital social d’un influenceur, les listes créées avec ces applications payantes permettent d’approfondir encore davantage l’analyse des influenceurs, et d’aller au-delà du «score social» en étudiant davantage la pertinence de leurs contenus. (lire aussi Traackr et l’influence contextuelle sur [Naro] Minded)

TRAACKR LOGOJe vous propose donc de consulter une première liste d’influenceurs personnalisée, que j’ai montée avec l’outil de Traackr pour en tester les différentes fonctionnalités. Il s’agit d’une toute première liste d’influenceurs des médias sociaux, qui écrivent et bloguent régulièrement autour du thème de la nouvelle génération de consommateurs branchés ; les consomm’acteurs de la Génération C. Un sujet sur lequel je blogue aussi régulièrement, et sur lequel je prépare actuellement un ouvrage.

Comme mon objectif initial était d’identifier les autres influenceurs sur le sujet, je me suis volontairement retiré de la liste. Pour épurer la liste encore davantage, j’ai aussi exclus manuellement les blogueurs qui relaient continuellement les mêmes contenus, ou qui ne publient que sporadiquement sur le sujet, ou par le biais d’outils de curation et de publication automatisés comme Paper.li, ou Scoop.it. Et, finalement, tous les autres blogueurs dont la pertinence des contenus ne relève que d’un seul mot-clé dans la liste initiale de recherche.

En bout de ligne, ça m’a donné une liste où on retrouve plusieurs des plus importants influenceurs des médias sociaux, dont Brian Solis (Altimeter Group), Eric Savitz (Forbes Magazine), Lauren Goode (AllThingsD), Ingrid Lunden (TechCrunch), Estelle Metayer (UBISOFT), Mitch Joel (TwistImage), Charles Horton (The Guardians UK), Susan Gunelius (KeySplash Creative), et mon ami et mentor Neal Schaffer (WindMill Networking), que je suis heureux de retrouver en tête de liste. Autant d’expert(e)s des médias sociaux qui alimentent et influencent régulièrement ma réflexion sur la Génération, et le pouvoir du marketing d’influence.

En terminant, je tiens à remercier Liane Blanchette, Evy Wilkins, Nicolas Chabot, et toute l’équipe de Traackr, qui m’ont aimablement aidés à peaufiner cette liste, et qui m’ont préparés le widget qui vous permet de suivre son évolution en temps réel, et d’accéder aux différentes fonctionnalités de l’outil. Je vous invite donc, à votre tour, à la commenter, et à proposer de nouveaux mots-clés pour l’améliorer.

Voici donc la toute nouvelle liste : TOP 25 Influenceurs – Génération C, telle que produite et propulsée par Traackr : 

(Note éditoriale : Cet article est une adaptation, en partie, d’un autre billet publié sur [Naro] Minded, et n’est pas commandité par Traackr d’aucune manière.  Les propos et les opinions émises n’engagent que son auteur.)

1

Marketing d’influence : Quand l’utilisateur devient ambassadeur

posted by Raymond Morin on Samedi, février 16th 2013

Par Raymond Morin

L'icône de «l'excellence à l'américaine»!

Depuis la fondation de la Cadillac Automobile Company, à Detroit en 1902, la célèbre marque s’est imposée comme la référence de l’ingénierie automobile, et le symbole de la réussite sociale. Son nom, comme son logo, se sont inscrits dans l’imaginaire populaire comme des icônes de «l’excellence à l’américaine».

LogoCadillacAvec la marque Cadillac, General Motors a su bâtir un branding de leadership et d’autorité qui ne s’est jamais démenti. Depuis plus d’un siècle, Cadillac figure comme marque leader parmi les constructeurs automobiles. Pour les consommateurs, c'est le symbole de la qualité. «We don’t just make luxury cars. We make Cadillacs» .

Lauréat du prestigieux prix annuel du «Meilleur véhicule routier en Amérique du Nord», décerné par le North American International Auto Show (NAIAS) en janvier dernier, la nouvelle Cadillac ATS continue d’accumuler les prix et les récompenses, (lire aussi : La Cadillac ATS 2013 accumule les honneurs, par Luc Gagné, sur Sympatico.ca Autos)

Une série Web-télé et une campagne multi-plateformes axée sur l'expérience

En juillet 2012, General Motors a décidé d'innover, et de sortir des sentiers battus. Pour lancer son nouveau modèle de berline à propulsion, la Cadillac ATS, GM s’est attaqué directement au marché international des européennes, d’Audi, BMW et Mercedez-Benz, en voulant démontrer la fiabilité du véhicule à toutes épreuves, et le plaisir de conduite qu'il offre dans toutes les conditions. 

Pour réaliser la campagne Web-télé «Cadillac ATS à l’épreuve du monde»General Motors a fait appel au commentateur Ross Thomas, et au conducteur professionnel Derek Hill, pour aller tester le véhicule sur les routes les plus difficiles du monde. Avec toute l’équipe de tournage, ils se sont rendus en Patagonie, aux fins fonds de l’Argentine, dans le désert aride du Maroc, dans les montagnes rocheuses de la Chine, et dans les rues de Monaco pour tourner des séquences vidéo enlevantes.

La bande-annonce de la série de quatre épisodes, réalisée par le cinéaste Joe Berlinger et le spécialiste de la vidéo automobile, Jeff Zwart, fut d’abord présentée sur le site officiel de Cadillac, quelques jours avant le début des Jeux Olympiques de Londres. Avant d'être diffusée en grande pompe sur la chaîne YouTube de l'entreprise, et les principaux réseaux de télévision, durant la cérémonie d'ouverture.

Dès le départ de la campagne, l'entreprise a adopté une stratégie de multi-plateformes pour faire la promotion de la nouvelle Cadillac ATS dans les médias et sur le Web. Après un déploiement sur les principales plateformes sociales (Facebook, Google+, Twitter) et sites de partages de fichiers photos (Pinterest, Instagram), GM a continué d'alimenter régulièrement la série de 4 épisodes WebTV sur sa chaîne YouTube, qui affiche déjà plus de 63 000 abonnés, et près de 12 millions de vues. 

Miser sur le marketing d'influence pour amplifier le message

Parallèlement à sa campagne Web-télé, General Motors a également voulut pousser l'expérience «sociale» plus loin en la portant au niveau des utilisateurs. En s'associant à Klout pour identifier les influenceurs des médias sociaux (affichant un score social de plus de 60), pour leur proposer un essai routier de 3 jours de la Cadillac ATS, GM a misé sur le marketing d'influence et une campagne d'ambassadeurs pour prolonger la diffusion le message. 

Convaincu de la qualité optimale de conduite de sa nouvelle berline sportive de luxe, General Motors n'a pas hésité non plus à jouer la carte de l'«expérience extrême» en proposant aux participants de s'inscrire aussi à la Cadillac Vacademy, au Spring Mountain Motorsports Ranch. On peut parier que l'apprentissage et les essais routiers des «acamédicien(ne)s» fera l'objet d'une nouvelle série Web-télé.

N'osant pas aller jusqu'à m'inscrire à ces cours, je n'ai quand même pas su résister à la tentation de participer à cette promotion spéciale «Klout Perks» lorsqu'on me l'a proposée. N'ayant aucune aspiration à devenir chroniqueur-automobile, et n'étant pas un «gars de char», j'ai sauté sur l'occasion de vivre une expérience de conduite hors-pair, et de tester la valeur «sociale» de ces campagnes de marketing d'influence. 

Mon expérience «sociale» avec la Cadillac ATS 2013

Mon expérience «sociale» avec l’essai routier de la nouvelle Cadillac ATS 2013 m’a permis de constater que la réputation de la marque n’est pas surfaite. La qualité du service est à la hauteur, et les responsables de la campagne «Cadillac ATS vs The World» semblent avoir très bien compris la notion d’ambassadeurs vs influenceurs, et que ce qui peut motiver les utilisateurs à devenir des ambassadeurs ne peut pas se monnayer, ni se commanditer. La véritable valeur de leur engagement reposera justement sur leur indépendance et leur authenticité. (Lire aussi : Social Media Influencers vs Social Media Ambassadors – What Is Their True Value ?). Lorsqu’elle m’a remis les clés, après m’avoir expliqué les principales fonctionnalités, la représentante m’a tout simplement souhaité une belle expérience. Aucun autre engagement ; juste apprécier et partager l’expérience! 

Et, même si je n’ai jamais été un «gars de char», j’en ai profité pleinement, et surtout, j’en ai fais profiter à mon entourage. À commencer par mon beau-père, atteint d’Alzheimer, qui s’est mis à rayonner à nouveau lorsque je lui ai proposé une ballade. Il y avait bien longtemps qu’on ne lui avait pas vu les yeux aussi brillants. Et, mon beau-frère qui a vécu l’expérience dont il a rêvé toute sa vie. Le lendemain, il dînait avec un copain qui veut changer d’automobile. De quoi ont-ils discuté ce jour-là croyez vous? 

Photo : Cadillac.com

Mais, comme je le mentionnais, je n’ai jamais eu aucune prétention à devenir un chroniqueur-automobile, et mes connaissances de la mécanique se limitent à déceler des bruits suspects sous le capot, ou à reconnaître les voyants d’alerte qui s’allument sur le tableau de bord. Mon beau-frère m’a d’ailleurs servi de pilote d’essai. Je le remercie à mon tour pour avoir su me faire apprécier la tenue de route impeccable et les différentes caractéristiques qui font de la Cadillac un véhicule aussi convoité. Durant la randonnée, c'est lui qui est devenu l'influenceur. 

Pendant ce temps, je me suis plutôt amusé à découvrir les différentes fonctionnalités du système d’infodivertissement CUE (pour Cadillac User Experience). Il permet notamment de synchroniser son iPhone, et de recevoir ou de placer des appels en mains-libres à partir de sa liste de contacts. On peut également consulter une carte routière, activée par un système GPS efficace, et qui peut se pincer et s’agrandir de façon tactile. À partir de l’écran, on peut aussi sélectionner la radio HD, et répartir les haut-parleurs aux quatre coins de l’habitacle, activer le lecteur CD intégrer, et actionner les commandes système de climatisation. On peut également sélectionner les commandes vocales, et lorsqu’on fait marche arrière, l’image de la caméra de recul occupe automatiquement l’écran.  De plus, le tableau de bord est également muni d’entrées USB qui permettent de connecter d’autres appareils.

Mais, comme plusieurs chroniqueurs le déplorent, le système CUE n’est pas encore tout à fait au point. L’écran tactile ne répond très bien, et il comprend tellement de fonctionnalités et de gadgets qu’il faudrait passer plusieurs heures à feuilleter le manuel pour tout explorer.

Photo : Auto123.comLaissons la parole aux vrais experts

Aussi, pour le mot de la fin, pour le bénéfice des vrais amateurs, je laisserai la parole aux vrais experts, deux chroniqueurs-auto qui sont de véritables influenceurs dans le domaine de l’automobile ; les pilotes Carl Nadeau, de ZTélé, et Justin Pitchard, du magazine Auto 123.  Les deux s’entendent pour accorder de très bonnes notes à la Cadillac ATS 2013, mais Carl Nadeau se montre un peu plus sévère avec une appréciation générale de 70%. Je vous laisse donc juger par vous-mêmes. Mais, le mieux est encore de l’essayer vous-mêmes. En attendant, bonne lecture! (Lire aussi : Essai routier de la Cadillac ATS 2013, par Carl Nadeau, de Z Télé, et Essai routier de la Cadillac ATS 2013, par Justin Pritchard, de Auto 123)

Et, pour retrouver les véritables influenceurs (francophones) des médias sociaux dans le domaine de l'automobile au Québec, je vous invite à consulter le nouveau TOP 20 – Blogueurs/chroniqueurs (automobile) Québec sur SocialMedia Billboard.