Pour entreprendre le virage des médias sociaux

Virage 2.0 Virage 2.0

curation de contenus

0

Curation de contenus : Twitter et Facebook comme fils de nouvelles

posted by Raymond Morin on Samedi, décembre 22nd 2012

Le fil de presse intarissable de Twitter

Au cours des dernières années, les réseaux sociaux, et plus particulièrement Twitter, se sont affirmés comme les nouveaux canaux d'informations privilégiés au dépens des médias traditionnels. En même temps qu'ils ouvrent les frontières du savoir et de la connaissance, ces canaux de diffusion doivent être filtrés, pour n'en conserver que ce qui importe, sinon c'est la sérendipité, et l'infobésité qui nous attends en bout de ligne. 

En 2013, à l'ère des technologies mobiles, l'accès quasi illimité à l'information dépasse notre capacité d'assimilation. Il faut choisir et déterminer ses priorités selon ses objectifs professionnels (ou personnels). À travers la surabondance d'informations, il faut trouver, sélectionner, trier et organiser les contenus les plus pertinents, qui répondent à ces objectifs, et qui vont intéresser le lectorat.

À l'ère numérique, le succès des marques (et des professionnels) dans les réseaux sociaux s'appuie sur des stratégies de marketing de contenus. La curation de contenus joue donc un rôle crucial pour l'avenir de l'entreprise 2.0. 

Pour assurer une présence soutenue, et dénicher les contenus qui retiendront l'attention de l'auditoire ciblé, il faut pouvoir exercer une veille continuelle à travers les médias sociaux. Il faut penser comme un éditeur Web, et se demander constamment si ces contenus répondront aux attentes du lectorat. (voir aussi : Curation de contenus : Penser comme un éditeur Web). 

Au cours des derniers mois, on a en eu la démonstration à plusieurs reprises, la «twittosphère» est devenue un des premiers canaux de diffusion de l'information. Aujourd'hui, Twitter revendique plus de 200 millions d'utilisateurs actifs par mois, qui diffusent plus de 175 millions de messages par jour. Pour le curateur de contenus, ou éditeur Web, la plateforme de micro-blogging a vite remplacé les flux RSS, et se révèle une source de premier plan pour obtenir le pouls des réseaux sociaux. Elle permet de suivre diverses sources de contenus, et de les regrouper par listes thématiques. 

Choisir ses outils d'aggrégation et de publication de contenus

 Pour organiser et utiliser les listes Twitter comme des fils de presse, plusieurs nouvelles start-ups offrent des outils de publication très intéressants. À partir des comptes listés, ces applications sélectionnent et regroupent les contenus les plus pertinents selon les thématiques, et les présentent sous forme de journal, avec liens, extraits, photos et vidéos. 

Comme entrepreneur indépendant, j'utilise Paper.li, Twylah, et plus récemment, RebelMouse (que je teste dans une nouvelle page). Il existe aussi d'autres outils d'aggrégation et de publication très populaires auprès des curateurs de contenus, comme Scoop.it et Tumblr que plusieurs ami(e)s me recommandent d'exploiter davantage. Ceux que j'ai choisi d'utiliser m'apportent des avantages complémentaires qui répondent très bien à mes mes besoins, me permettant de couvrir plusieurs thématiques, et d'offrir des contenus variés et pertinents dans les deux langues. (voir aussi sur Intelegia : Gérer sa présence sociale – De nouveaux outils à découvrir (1ère partie)

À chaque jour, dans la nouvelle section : @RAYMONDMORINV2 JOURNAL/DAILY vous pourrez donc consulter en temps réel mon fil de presse via Twitter et la blogosphère. En même temps que moi, vous pourrez suivre l'activité d'auteurs, de blogueurs, de chroniqueurs, de médias et d'organisations qui retiennent l'attention. Et, partager les meilleurs billets sur la Génération C, le marketing d'influence dans les médias sociaux, et la culture numérique sous tous ses aspects.

7

2013 – L’année du marketing d’influence et de la Génération C

posted by Raymond Morin on Lundi, décembre 17th 2012

L’heure des bilans

Personne ne peut prédire l'avenir ; ni les scientifiques, ni même les Mayas, qui ont pourtant inventé le langage de calcul binaire. À l’aube de 2013, une seule certitude persiste ; notre vie numérique continuera de s’accélérer.

Heureusement, la période des Fêtes nous impose une pause. Ça nous permet de faire le bilan de l’année qui s’achève, et d’en tirer les leçons qui s’imposent pour celle qui s’annonce. À ce chapitre, l’omniprésence des nouvelles technologies mobiles et des médias sociaux, et leur impact grandissant sur tous les aspects de notre vie, furent certes l’un des points marquants de l’année. 

Le début du règne de la Génération C

 À l’ère numérique, Internet et les médias sociaux ne peuvent plus être considérés comme des phénomènes passagers et sans conséquences.  Au cours des derniers mois, le formidable pouvoir de diffusion du Web a joué un rôle clé dans plusieurs changements majeurs de la société, tant au niveau social que politique et économique. L’évolution des nouvelles technologies mobiles a accéléré le processus de transformation de notre société de consommation.

D’utilisateurs passifs, et jusqu’alors plutôt ludiques, les consommateurs branchés de la Génération C ont vite réalisé le pouvoir d’influence qu’ils peuvent dorénavant exercer à travers les médias sociaux. Tout au long de l’année, on a observé une plus grande maturité s’installer chez les utilisateurs. Ils sont parvenus à s’imposer comme des consomm’acteurs, exigeant de s’impliquer dans tous les aspects de la chaîne.

Les organisations et les entreprises commencent à reconnaître l’importance de ces changements, et à intégrer les nouvelles technologies d’Internet et des médias sociaux dans leurs opérations de communications et de marketing. Les professionnels de plusieurs secteurs se tournent désormais vers les réseaux sociaux pour rejoindre leur clientèle. 

Aussi, en 2013, on peut s’attendre à connaître une nouvelle révolution du e-commerce, marquée par le début d’une nouvelle ère ; celle du marketing d’influence et de la Génération C.

13 tendances majeures qui annoncent l’ère du marketing d’influence

En 2012, plusieurs changements importants ont été observés dans l’industrie naissante des médias sociaux. Des tendances qui ont émergées rapidement, suivant l’évolution accélérée des technologies mobiles et des applications qui se sont multipliées. Les consommateurs branchés se sont aussi vite emparés de ces nouveaux outils pour installer leur nouveau pouvoir d’influence.

Parmi toutes ces tendances fortes, qui ont émergées durant l’année, l’importance qu’a occupé le marketing d’influence dans les médias sociaux est déterminante, et marquera une nouvelle ère du marketing Web. Voici 13 tendances majeures du marketing d’influence qu’il faudra surveiller en 2013, tant du côté des consommacteurs (prosumers) que des marques et des entreprises :

 1 – Le règne des consommateurs branchés de la Génération C se confirme. Au cours des prochains mois, le pouvoir d’influence qu’exerce la nouvelle Génération C va s’imposer dans l’économie d’Internet, et changer radicalement la façon de faire des affaires. (voir aussi sur WindMill Networking : Generation C : Prosumers and Maturialism.)

2 – Le marketing d’influence s’inscrit de plus en plus dans les budgets d’entreprises. Les marketeurs et les chefs d’entreprises (CEO) commencent à comprendre l’impact des nouveaux influenceurs de la Générations C, et intègreront davantage ce volet dans leurs campagnes de marketing. (voir BusinessesGrow : Six Hot Trends in Social Influence Marketing)

3 – Les marketeurs recrutent les ambassadeurs chez les utilisateurs. Les marques recherchent dorénavant de nouvelles façons d’engager les utilisateurs de première ligne (Power Users) dans leurs campagnes pour en faire des ambassadeurs. En 2013, la notion d’ambassadeurs vs influenceurs continuera d’alimenter le débat. (voir aussi sur WindMill Networking : Social Media Influencers vs Ambassadors. What Is Their True Value?)

 4 – Après les «mamans blogueuses», voici les «marraines professionnelles sans enfants». Après les «mamans blogueuses», qui ont grandement influencés les entreprises au cours des dernières années, voici venir les «marraines professionnelles sans enfants» (PANK), indépendantes, branchées et fortunées. (Voir Savvy Auntie : Professional Aunt No Kids)

5 – L’Internet de l’objet et les technologies mobiles favorisent l’offre personnalisée. Les consommateurs branchés de la Génération C prennent encore plus d’importance avec le phénomène de l’Internet de l’objet et des technologies mobiles, qui permettent d’enregistrer tout ce qu’un utilisateur fait. De cette manière, l’évolution des technologies de géolocalisation et du paiement mobile favorisera l’offre personnalisée des commerçants. (voir RF1 – L’internet des objets – Le nouvel eldorado du numérique)

6 – Les entreprises et les professionnels adoptent le rôle d’éditeurs de contenus Web. Grâce aux nouvelles technologies de diffusion et d’automation, les entreprises intègrent mieux les différentes stratégies de marketing de contenus, et adoptent plus facilement le rôle d’éditeur de contenus Web qui leur permet de s’affirmer dans les réseaux sociaux. En 2013, on verra l’émergence d’une nouveau métier ; celui de chef des contenus (Chief Content Officer) (voir aussi sur Virage 2.0 : Curation de contenus – Penser comme un éditeur Web)

 7 – La notion de partage s’impose dans la nouvelle économie des médias sociaux. Parallèlement, l’influence de la Génération C force aussi une nouvelle approche plus sociale des entreprises, basée sur des valeurs plus équitables de partage. La consommation responsable, l’échange équitable et le financement social s’inscrivent dans les nouvelles habitudes des consommateurs. Dans cette nouvelle économie non-marchande, les entreprises devront dorénavant apprendre à donner avant de recevoir. (voir The Week : The Sharing Economy – The Next Big Business Trend)

8 – Les marques apprivoisent les médias sociaux, et se tournent davantage vers leur service à la clientèle. Les entreprises maîtrisent plus facilement les nouvelles technologies d’Internet et des médias sociaux, et comprennent mieux leur position face à la Génération C des consommateurs branchés. Pour assurer leur leadership, ils visent l’amélioration de leur système de gestion du service à la clientèle (Customer Relationship Management System). (voir aussi sur WindMill Networking : Generation C – Where The Customer Finally Becomes The King)

9 – Des récompenses offertes aux utilisateurs en puissance (Power Users). Pour susciter l’engagement des influenceurs, les entreprises invitent désormais les utilisateurs en puissance à devenir des consommateurs de première ligne (presumers), en leur offrant des récompenses pour leur contribution. Avec les programmes de Klout (et Wahooly), ce phénomène prendra encore plus d’ampleur en 2013. (Voir Venture Beat : How Wahooly (and Klout) Are Going To Turn Your Klout Score in Cash…)

10 – Le score social se révèle un critère de recrutement et d’embauche pour les DRH et les universités. L’influence dans les médias sociaux, et le score social, deviennent de nouveaux critères de recrutement et d’embauche pour les DRH des grandes marques. La nouvelle science du marketing d’influence commence à être enseignée dans les universités, et le score social deviendra la nouvelle monnaie d’échange des médias sociaux. (voir BusinessesGrow : Florida State University Class Using Klout to Determine Student Grades)

 11 – Les outils de mesure d’influence ciblent l’engagement des utilisateurs. Avec de nouveaux outils comme Traackr, et Appinions, les outils de mesure d’influence dans les médias sociaux s’affûtent, et ciblent désormais l’engagement et l’influence contextuelle des utilisateurs. Les principaux joueurs emboîtent le pas, et placent les contenus des utilisateurs à l’avant-plan. (voir Appinions : Influence Marketing News – Don’t Take This Out Of Context)

12 – Les TOP listes d’influenceurs prennent de la valeur pour les marketeurs.  Parce qu’elles permettent d’identifier plus précisément les influenceurs, selon des secteurs d’activités spécifiques, les TOP listes s’avèrent de plus en plus populaires auprès des marketeurs. Les listes ciblées se révèleront le St-Graal des marques qui n’hésiteront pas à les monnayer. (voir aussi sur Virage 2.0 : Social Media Billboard – Des listes d’influenceurs par secteurs)

13 – Gagner la confiance des utilisateurs : l’enjeu majeur des entreprises. Les organisations et les marques accordent une plus grande importance à leur e-réputation, et apprendront à mieux gérer les situations de crise dans les médias sociaux, tout en faisant preuve de plus de transparence. Les entreprises réalisent que les marques ne leur appartiennent plus, et que la confiance des utilisateurs se révèle leur principal enjeu pour les prochains mois. (voir TED : Rachel Botsman – The Currency of the New Economy Is Trust)

Qu’en pensez-vous? Croyez-vous que le marketing d’influence annonce une ère nouvelle du marketing Web? Partagez votre opinion et commentez cet article.

Lire aussi :

Sur WindMill Networking :

The Future of Social Media in 2013 : Six Points to Consider, par Jessica Rogers

Three Trends To Consider for Your 2013 Video Strategy, par Jayson Duncan

Social Media for IT Professionals : 7 Trends To Follow, par Neal Schaffer

Sur WebMetricsGuru :

2013 Predictions And Heralding in Imminent Change, par Marshall Sponder

Sur SmartInsights :

Digital Marketing Trends 2013, par Dave Chaffey

Sur B2B Marketing Insider :

The 2013 Marketing Predictions Post : Content Marketing and Social Business, par Michael Brenner

Sur Business2Community :

25 Marketing Predictions for 2013 from Exact Target (Infographic), par Kyle Lacy

Sur iMEDIA Connection :

Social Media Takes Flight in 2013 : 13 Trends (Infographic), par Winnie Brignac Hart

 

 

 

 

2

Curation de contenus : penser comme un éditeur Web

posted by Raymond Morin on Vendredi, décembre 14th 2012

Les contenus demeurent rois des réseaux sociaux (paru initialement en mai 2012)

Depuis l'événement du South By SouthWest (SXSW) à Austin en mars dernier, la curation de contenus a émergé comme une des plus fortes tendances des médias sociaux. Le contenu s'est révélé plus que jamais le ROI incontesté des réseaux sociaux, et le marketing de contenus est désormais un enjeu majeur des professionnels du Web. 

Au cours de la dernière année, je me suis interessé plus particulièrement à la notion d'influence, et sur ce qui fait qu'un message sera rediffusé et relayé dans les médias sociaux. Avec les réseaux sociaux, ce n'est pas tant l'influenceur qui compte comme l'amplification et la réception de son message. Ce n'est plus tant la marque d'une entreprise que la réelle valeur du produit qui compte aux yeux du nouveau consomm'acteur. 

Aujourd'hui, la qualité et la pertinence des contenus représente une très grande valeur pour les entreprises et les marques. Pour rejoindre leur clientèle à travers les réseaux sociaux, la pertinence et la qualité des contenus se révèlent donc un des principaux chevaux sur lesquels les professionnels et les CEOs devront miser sur le Web.  

Neal Schaffer, de Windmill Networking a écrit un excellent billet sur l'importance d'élever ses contenus à un niveau supérieur : Raising Your Content Curation To The Next Level Je vous encourage fortement à le lire, et à le partager à votre tour à votre réseau professionnel. 

Le Code des curateurs : savoir honorer la découverte!

 Durant le SXSW 2012, l'auteure et blogueuse américaine Maria Popova (@brainpicker) et sa collègue Tina Roth Eisenberg (@swissmiss), avec l'aide de leur copine web designer Kelli Anderson, en ont profité pour lancer le premier Code des curateurs. Un code d'honneur pour tous les utilisateurs, qui comme moi, repiquent régulièrement des liens au passage pour relayer à son réseau, et retweetent parfois des nouvelles, sans nécessairement toujours faire la mention complète de la source. 

Me considérant moi-même comme un auteur, blogueur et curateur de contenus, ça m'a directement interpellé. Comment sauver la chèvre et le chou, lorsqu'on a parfois l'impression d'être la chèvre qui broute!??? Avant le nouveau code des curateurs de Popova et Eisenberg, il n'existait pas de références, ni de consensus sur la reconnaissance de la source et de l'auteur. Ce nouveau code d'éthique constitue un premier pas dans ce sens.

En matière de contenus, Internet recèle une véritable caverne aux trésors. C'est ce qui fait justement sa richesse. Au cours des prochaines années, il faudra cependant éviter que ça ne devienne une nouvelle caverne d'Ali-Baba et ses quarante voleurs! Adoptons dès maintenant les quelques nouvelles pratiques préconisées dans le Code des curateurs. 

À lire sur Locita, mon récent billet sur le nouveau code d'honneur des utilisateurs : Le Code des Curateurs : Un code d'honneur pour les utilisateurs.

La nouvelle science du marketing d'influence : comme à l'époque du cinéma muet!*

Dans foulée des contenus-ROI, l'influence dans les médias sociaux, et les outils de mesure d'efficacité qui en découlent, s'avèrent aussi des enjeux incontournables pour les entreprises et les professionnels du Web. L'un ne va pas sans l'autre, sans leurs contenus, les influenceurs n'obtiendraient pas l'audience qu'ils méritent. Or, sans l'influence de leurs auteurs, les contenus ne bénéficieraient pas d'une telle audience. 

Cependant, au-delà du «score social», la véritable autorité d'un professionnel dans son secteur va surtout se révéler par la pertinence et la qualité de ses interventions. Sur le Web et dans les réseaux sociaux, les influenceurs se démarquent aussi par leur générosité et par l'engagement qu'ils obtiennent de leur auditoire. Ils partagent ce qu'ils dénichent dans le maelstrom des médias sociaux, et créent et recréent de nouveaux contenus qu'ils diffusent ensuite dans leur propre réseau pour partager leur passion.

Au cours du siècle dernier, comme à l'époque du cinéma muet, les premières industries culturelles (films, livres, musique) avaient déjà imaginés les palmarès pour faire la promotion des nouveaux produits. Aujourd'hui, à travers le bruit et la cohue des réseaux sociaux, les nouveaux outils de mesure d'efficacité comme Klout, PeerIndex ou EmpireAvenue permettent de séparer le bon grain de l'ivraie. Malgré leurs lacunes, ils fournissent différents indices aux professionnels pour mieux évaluer leur ROI.

Comme les box-officesbest-sellers et hit-parades qui les ont précédés, les listes d'influenceurs revendiquent une juste place dans le nouvel échiquier des réseaux sociaux. Elles se révèlent désormais des outils incontournables pour les professionnels et les organisations sur le Web. Déjà, plusieurs entreprises et organisations se basent principalement sur lescore social d'un candidat lors du recrutement. En se fiant uniquement sur son capital social et l'amplification de son message, ils ratent souvent l'objectif.

En favorisant ainsi la naissance d'un nouveau culte du star-système, les nouvelles plateformes de «score social» suscitent de vives controverses auprès des utilisateurs. Aujourd'hui, la science du Web social se trouve encore à ses premiers balbutiements. Même si on peut déjà s'émerveiller devant les réalisations récentes d'un passé encore jeune, les meilleures années restent encore à découvrir… Avec les outils de mesure d'influence, ce n'est pas tant la valeur des métriques qui fait défaut, comme l'apprentissage des meilleures pratiques. Et, à ce niveau, tout reste encore à faire.

À lire également, un autre très bon article de Neal Schaffer sur Windmill Networking : What's The Meaning of A Klout Score? The Pros and Cons of How The Social Influence is Measured

* Une image utilisée par Mark Schaefer dans une entrevue accordée au début de l'année à un magazine brésilien…

2

ENTREPRENDRE 2.0 – LA REVOLUTION DU MOBILE

posted by Raymond Morin on Jeudi, juillet 21st 2011

ENTREPRENDRE 2.0 :

LA RÉVOLUTION MONDIALE DU MOBILE

De toutes les technologies émergentes des dernières années, la téléphonie mobile demeure celle qui suscite encore le plus vif intérêt de la part des professionnels et des entreprises. Plusieurs visionnaires du Web, dont Steve Jobs (CEO Apple) lui-même, vont jusqu’à prédire que les applications et les plateformes mobiles remplaceront bientôt l’utilisation des ordinateurs personnels.

  

LE MARCHÉ DU MOBILE : UNE EXPANSION FULGURANTE !

Le succès phénoménal des applications mobiles et des appareils portables (téléphones cellulaires ou intelligents, tablettes numériques, lecteurs portables) auprès des utilisateurs a pavé la voie à une véritable révolution sociale et économique. Dans le monde, on compte déjà plus de 5,3 milliards d’abonnés mobiles, et on prévoit qu’en 2015, ce chiffre dépassera plus de 7,5 milliards d’utilisateurs.

Ce succès a également ouvert la porte à une relance de certaines technologies qui tardaient à percer sur le Net, il y a quelques années, comme la géolocalisation (GPS), les codes QR et le m-couponing, et qui connaissent désormais un regain de popularité auprès des marketeurs. D’autre part, cette effervescence a aussi permit de développer de nouvelles technologies, comme le NFC (Near Field Communication) qui soutient le paiement mobile, et l’infonuagique (cloud computing) qui favorise l’échange entre utilisateurs.

Cette popularité grandissante a entraîné une mouvance massive des annonceurs vers les nouveaux médias sociaux. En 2010, les dépenses publicitaires pour les applications mobiles ont littéralement explosées, et on prévoit qu’elles vont quadrupler d’ici 2015 pour atteindre plus de 25 milliards de dollars. Devant ce phénomène, les agences de publicité et de marketing doivent changer leur fusil d’épaule, et réorienter leurs objectifs. Dorénavant, pour répondre aux attentes des annonceurs, elles doivent développer de nouvelles approches, davantage axées sur la qualité de l’expérience-utilisateur, le positionnement efficace dans les médias sociaux (inbound), les échanges (conversation) et les contenus (diffusion).

 

LES TÉLÉPHONES INTELLIGENTS ET LES TABLETTES NUMÉRIQUES DOMINENT LE MARCHÉ

À chaque jour, de nouvelles statistiques émergent dans les médias, venant souligner les records de ventes des téléphones intelligents et des tablettes numériques. Au moment d’écrire ces lignes, Apple venait d’annoncer des ventes record de 20,34 millions de iPhone et de 9,25 millions de iPad en un seul trimestre. Aujourd’hui, au Canada, un individu sur trois possède un téléphone intelligent, et plus de la moitié de la Génération Y (18-34 ans) s’y retrouvent régulièrement, selon l’ACTS (Association Canadienne des Télécommunications Sans-fil). Près de 60% des utilisateurs de smartphones canadiens téléchargent en moyenne une douzaine d’applications, tandis que 22 % s’en servent pour effectuer des transactions bancaires ou des paiements mobiles. Selon le CEFRIO, la téléphonie mobile a aussi connut un essor important au Québec en 2010 ; une croissance de 19%, dont 17% provenait de l’utilisation de téléphones intelligents ou de tablettes numériques. La geolocalisation (Foursquare), la recherche via les principaux moteurs, l’envoi de courriels et les réseaux sociaux figurent en tête de liste de l’utilisation desmobinautes québécois.

En 2011, aux USA, l’utilisation des applications mobiles a dépassé celle du Web pour les utilisateurs de téléphones intelligents, passant de 66% en décembre 2010 à plus de 81% en juin 2011, contrairement à 70% et 74% pour la même période l’accès au réseau Internet. Plus de 200 millions de visionnements sur YouTube à partir de lecteurs mobiles, tandis qu’on dénombre déjà plus de 100 millions d’abonnements à l’application de Twitter Mobile.

À lire : Marketing-Mobile.ca : Tendances du mobile au Canada

À lire : Dramatic changes in the Canadian Smartphones landscape are abound, par Knowlton Thomas, dans @techvibes 

LE TOP 10 DES UTILISATIONS DES TÉLÉPHONES INTELLIGENTS

Une autre infographie, réalisée par Techvibes, à partir de statistiques compilées par Comscore, StatsCan, Quorus Consulting, ACTS et Cisco, établit le TOP 10 des utilisations de téléphones intelligents :

·      messages SMS (65%)

·      la prise de photos (49%),

·      l’utilisation des applications mobiles (41%),

·      l’accès aux nouvelles (35%),

·      la navigation sur Internet (33%),

·      l’utilisation de services de courriel (30%),

·      les jeux vidéo (27%) 

·      la météo (23%)

·      la capture de vidéo (20%)

·     l’écoute de musique (19%)

  

Quant à eux, les chefs d’entreprises comme les professionnels, y trouvent d’autres intérêts. Selon la même étude, les dirigeants de PME et les entrepreneurs indépendants interrogés déclarent que l’utilisation des applications mobiles leur permet notamment :

·      d’accroître leur productivité (42%)

·      de réduire la paperasserie (39%)

·      d’augmenter leurs revenus (37%)

À lire : The Mobile Revolution in Canada (INFOGRAPHIC), par  Knowlton Thomas, dans @techvibes

 

POUR LES ENTREPRISES : APPLICATIONS MOBILES OU SITES ADAPTÉS ?

Or, même s’il apparaît clairement que les applications mobiles gagnent du terrain, au détriment de l’accès à Internet, le débat persiste toujours entre les spécialistes des médias sociaux et les marketeurs. Doit-on recommander aux entreprises et aux professionnels d’opter pour le développement d’applications mobiles, et de délaisser leur site ou blogue officiel ? Ou de maximiser au contraire sur une nouvelle plateforme web adaptée aux conditions du mobile ?

À mon avis, il est difficile de trancher. Chacun des aspects présente des avantages qui méritent de s’inscrire dans une planification stratégique sur le Web. Même si les entreprises, comme les professionnels de tous les secteurs, doivent dorénavant penser à intégrer le mobile, Internet et les médias sociaux à un même niveau dans leur contexte professionnel, les blogues et les sites corporatifs, en autant qu’ils soient bien adaptés à la situation, resteront toujours la pierre angulaire du succès sur le Net. Parce que c’est toujours à travers ces plateformes personnalisées, et contrôlées, qu’il sera possible de bien gérer son identité numérique et son personal branding…

Qu’en pensez-vous?Exprimez et partagez vos commentaires en ligne, ou écrivez-moi àraymondmorin58@gmail.com.  Au plaisir de vous lire.

 

 

 

 

 

0

INFLUENCEURS DU WEB

posted by Raymond Morin on Dimanche, mai 29th 2011

TOP 100 WEB PRO

LES INFLUENCEURS DU WEB 

LE DÉBAT SE POURSUIT SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

 Au cours de la dernière année, la notion d'influenceur du Web a soulevée de nombreuses controverses, et animée de nombreux débats. À l'ère du numérique et des médias sociaux, qui prônent l'échange et la collaboration, la comparaison et la compétition ne devraient plus avoir lieux. Et, pourtant, l'une des concurrences les plus intéressantes à suivre dans maelstrom des médias sociaux est sûrement celle qui oppose les nouvelles plateformes de mesure de l'influence sur le Web.

Depuis la parution de mes premières listes Klout (montées manuellement en novembre 2010), le débat sur la notion d'influenceur du Web a beaucoup évolué. Plusieurs spécialistes à travers la blogosphère s'y sont penchés, et ont émis leurs opinions sur le sujet, permettant à chacun d'avancer dans leur propre démarche. Et, tous, nous nous sommes posés la question ; est-ce que l'exercice en vaut la peine?

À ce stade-ci, ça m'apparaît un euphémisme ; poser la question, c'est y répondre. Confronté à l'info-obésité du Web et des médias sociaux, les entreprises n'ont plus guère le choix de s'en remettre à ceux qu'ils identifieront comme les sources les plus fiables. Ces sources deviennent en quelques sortes les hublots (hubs) par lesquels ils filtreront et récupèreront les contenus les plus pertinents, pour ensuite les relayer à leur propre audience. Et, comme l'explique bien Rahim Nour Addow dans son blogue Scoop.it, la curation de contenus s'avère toujours le meilleur remède pour contrer l'info-obésité : La curation: un problème d'info-riche

COMMENT MESURER L'INFLUENCE?

 Or, comment identifier clairement ces influenceurs, et surtout, comment évaluer leur niveau d'influence. Depuis quelques mois, on a vu émerger plusieurs start-ups proposant différentes mesures de métriques permettant d'établir des listes, dont Klout (San Francisco), Empire Avenue (Edmonton) et PeerIndex (South London), qui demeurent encore les plus populaires. Chacune des plateformes utilise des algorithmes différents qui tentent de fournir une analyse approfondie des influenceurs à travers les principaux réseaux sociaux.

Cependant, il demeure pratiquement impossible d'évaluer l'influence d'un blogueur ou d'un tweeteur professionnel à partir de métriques, qu'elles soient établies sur des bases quantitatives ou qualititatives. Néanmoins, ces nouvelles plateformes rejoignent déjà des millions d'utilisateurs, et leur popularité ne cesse de s'accroître. D'ailleurs, depuis quelques semaines, de nombreux spécialistes du Web à travers le monde découvrent massivement Empire Avenue et PeerIndex, qui soufflent dans le cou de Klout, qui semblait avoir pris une très bonne longueur d'avance. Dans un récent billet, le CEO de Nation Builder, Adriel Hampton, se penchait sur la compétition qui se dessine entre les start-ups d'Edmonton et de San-Francisco.  The Scores : Klout Tightens Its Grip ; Will Empire Avenue Sneak In?

Depuis quelques semaines, Klout a enfin lancé une série de nouvelles applications qui améliorent sensiblement son offre. La version bêta du nouveau Klout permet notamment de monter des listes personnalisées à partir de nos listes Twitter. Cependant, elles n'affichent que les 10 premières positions. J'ai finalement monté trois listes, dont celle d'un nouveau TOP 10 WEB PRO (QUÉBEC).  

LES LISTES D'INFLUENCEURS DU WEB : UN IMPACT SECTORIEL QUI SE CONFIRME

Comme je l'écrivais dans un récent billet, ces listes d'influenceurs du Web peuvent avoir un impact favorable à plusieurs niveaux. Plusieurs industries culturelles se sont structurées autour de palmarès de réussites commerciales (hit parade), et plusieurs médias se sont bâties sur de telles listes (billboard). L'industrie des nouveaux médias pourrait à son tour en bénéficier.

Dans le contexte actuel, où la curation de contenus se révèle un enjeu majeur pour les entreprises et les organisations, ces listes trouvent toute leur pertinence. Elles permettent d'accéder plus facilement aux profils des influenceurs du Web, en les répertoriant sur une même liste, et tout en établissant leur valeur personnelle par rapport à leurs pairs. 

 L'importance qu'on leur accorde dans plusieurs secteurs, comme l'éducation, la santé et la politique, révèle bien l'impact qu'elles peuvent avoir dans un contexte professionnel. La popularité de mes propres listes sur PeerIndex, qui ne se dément pas, le démontre aussi clairement : 

(en date du 29 mai 2011)

Professionnels du WEBQC - 7 467 visites

Professionnels Web (francophonie) - 3 177 visites

Web Influencers (World) - 3 470 visites 

* TOP 100 WEB Influenceurs Québec/NB (fr./eng.) - à partir d'une liste de près de 600 professionnels du WEB (français/anglais) du Québec et du Nouveau-Brunswick. 

*TOP 100 WEB Influenceurs (francophonie) - à partir d'une liste de plus de 400 professionnels du WEB (du Québec, du Nouveau-Brunswick, de l'Ontario, de la France, de la Belgique, de la Suisse, et des autres pays de la francophonie internationale) 

 

*TOP 100 WEB Influencers (World) – (fr./eng.) - à partir d'une liste de plus de 1 000 professionnels du WEB de partout à travers le monde.

0

Les echos de l’influence sur le WEB

posted by Raymond Morin on Samedi, avril 16th 2011


LES ÉCHOS DE L’INFLUENCE SUR LE WEB, JUSQU’EN POLITIQUE

(Image : LesAffaires.com)

Depuis l’automne dernier, j’ai publié plusieurs billets, et dressé autant de listes répertoriant et classant les professionnels du WEB en me servant de différentes métriques de mesure accessibles sur le réseau. À partir de listes personnelles, j’ai voulu tester en ligne l’efficacité de ces nouveaux outils disponibles, en mesurant la pertinence de mes interventions dans les médias sociaux, tout en me positionnant parmi mes pairs.

Tout en sachant cependant, d’avance, qu’aucun d’entres eux ne pouvait s’avérer complètement satisfaisant. Car l’influence est une notion qui ne se mesure pas mais qui s’estime… Et, aucun algorithme ne parviendra à établir une mesure équitable sur un aspect aussi intangible.

L’influence sur le WEB : une notion d’actualité!

Néanmoins, ceci étant dit, l’influence sur le WEB est une notion qui demeure d’autant plus d’actualité à travers le réseau. Dans un récent billet La course  à l’influence, je faisais un premier bilan de ma propre expérimentation, en soulignant justement le débat que ça soulève un peu partout dans le cyberespace. Des influenceurs réputés comme Mark Schaefer, Billy Mitchell, Chris Husong et Dan Tapscott, entres autres, s’y sont penchés à leur tour. Tandis qu’au Québec, d’autres spécialistes des médias sociaux comme Mitch Joel, Philippe Martin, Michelle Blanc et même Laurent LaSalle, y sont allés de leurs visions, si ce n’est de leur opinion. À chacun d’y trouver sa pertinence…  

À l’aube du WEB 3.0, la sémantique des engins de recherche, la curation des contenus et l’identité numérique s’annoncent déjà parmi les principaux enjeux des marques, des organisations et des entrepreneurs de tous les secteurs. Devant un tel contexte, la qualité et la pertinence de l’intervention des professionnels des médias sociaux pourraient bien s’avérer la pierre angulaire entre le succès et l’échec d’une démarche vers le WEB collaboratif. Le retour sur l’action en ligne (ROA) qui remplacera définitivement le sempiternel ROI, si cher au cœur des décideurs…

TRIPLEX : L’influence de l’influence, par Martin Lessard

Récemment, Martin Lessard, toujours considéré parmi les incontournables du WEB 2.0 au Québec, publiait un très bon billet à ce sujet, en prenant comme référence la situation actuelle de la course aux élections fédérales : L’influence de l’influence, paru sur le blogue techno de Radio-Canada, Triplex. Un excellent billet à lire, qui vient poursuivre de belle façon le débat sur la notion d’influence sur le WEB en l’appliquant à un événement d’actualité qui nous concernent tous.

Dans son billet, Martin Lessard remet en question, avec raison, la pertinence des métriques de mesure de Klout. Démonstration à l’appui, il démontre clairement que les résultats de l’algorithme de la compagnie californienne reposent trop sur la taille et l’impact de l’auditoire, et ne tiennent pas compte d’autres variables comme le territoire… mais, également de la crédibilité accordée par les pairs.

Or, sur quelles bases établit-on cette crédibilité? Sur le fait d’appartenir, ou non, à un club sélect ou à une clique de quartier «In»? Sur le nombre d’années passés sur la sellette, ou sur le nombre de clients qui apparaissent sur son CV? Selon le nombre de prix remportés au fil des années, ou selon l’épaisseur de son scrapbook de presse? N’en reviendrait-on pas, encore une fois, à faire la même erreur, en ne voulant finalement mesurer que l’importance de l’auditoire? Je lance la question…