Pour entreprendre le virage des médias sociaux

Virage 2.0 Virage 2.0

virage 2.0

0

GENERATION C : l’influence des consommateurs branchés

posted by Raymond Morin on Dimanche, juin 29th 2014

Par Raymond Morin

La longue gestation d’un nouvel ouvrage spécialisé

(MaJ: 16 août 2014)  Au début, lorsque j’ai amorcé la rédaction de mon nouveau livre : «GÉNÉRATION C et l’influence des consommateurs branchés», je n’aurais jamais cru que j’allais y mettre autant de temps. Endossé par Neal Schaffer (mon mentor, devenu un ami), qui m’a fait l’honneur de signer la préface, ce nouveau guide de références est le résultat de plus de cinq ans de recherches et de lectures, d’entrevues et de discussions, avec d’autres spécialistes, sur l’influence grandissante des «consomm’acteurs» sur les réseaux sociaux.

imgresPour les organisations, les entreprises et les professionnels, c’est définitivement le règne des consomm’acteurs de la Génération C qui vient de s’amorcer. Le pouvoir d’influence qu’ils exercent à travers les réseaux sociaux se traduit par de nouvelles règles et de nouvelles approches de marketing et de ventes.  Le marketing d’influence dans les médias sociaux prend le dessus sur les méthodes traditionnelles, et obligent les professionnels, les entreprises et les organisations à se démarquer de la mêlée.  Ils doivent désormais miser sur la qualité et la pertinence de leurs contenus pour attirer et retenir l’attention de leur clientèle.

Dans ce contexte, pendant la rédaction de mon dernier livre : «Comment entreprendre le virage 2.0», je savais qu’un seul ouvrage ne pourrait suffire à décrire et à expliquer tous les nouveaux paradigmes qui régissent désormais la nouvelle économie à l’ère numérique.  J’avais déjà en tête un nouvel ouvrage de référence consacré à la nouvelle Génération C (les consommateurs branchés) et l’influence qu’ils exercent sur les entreprises et les marques à travers les médias sociaux.

C’est en avril 2009, j’ai publié mes deux premiers billets sur le sujet, sur Blogspot : «L’identité numérique à l’ère de l’égocasting» et «Le Web 2.0 et le pouvoir de la Génération C». Deux premiers articles qui annonçaient déjà le ton du nouvel ouvrage que je vous présente enfin aujourd’hui.  Toutefois, ce n’est qu’au printemps 2010, pour la sortie de mon livre «Comment entreprendre le virage 2.0», lorsque que j’ai transféré mes billets sur WordPress, que j’ai ouvert un compte Twitter pour relayer mes nouvelles.  Par la suite, pour diffuser plus largement mes nouveaux contenus, j’ai développé ma présence sur de nouvelles plateformes sociales, j’ai ouvert et participé à différents groupes de discussions, et j’ai multiplié mes sources de contenus externes en m’abonnant à différents aggrégateurs.

Un réseau de diffusion à l’échelle du World Wide Web

Les cinq types d'influenceurs

Les cinq types d’influenceurs

À l’automne 2011, à l’invitation d’Isabelle Poirier et Ian Smith, de l’agence Intelegia, et, au même moment, de Jeremy Benmoussa et Camille Jourdain, du site Locita (en France), j’amorçais mes deux premières collaborations comme blogueur-invité sur d’autres plateformes de contenus. À partir du moment où mes articles furent relayés sur ces plateformes, dans les deux langues (sur le site bilingue d’Intelegia), et sur deux continents (avec le site Locita), j’ai commencé à échanger  plus régulièrement avec d’autres blogueurs, notamment aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde. Dès le printemps suivant, mes articles traduits en anglais ont rapidement obtenus plus d’échos, et ont été repris sur certaines plateformes de contenus comme SocialMediaToday, et surtout Windmill Networking, de Neal Schaffer (qui est devenue Maximize Social Business en 2013), où je signe la colonne mensuelle «Social Media Influence» depuis 2012.

Ce tremplin fut vraiment un déclencheur pour mon réseau à l’international.  Aujourd’hui, mon profil social circule sur plus d’une centaine de plateformes, et mes contenus et mes tweets sont lus et partagés dans plus de 70 villes dans 24 pays dans le monde. Parmi mes quelques 8 725 abonnés sur Twitter, 43,5% proviennent des Etats-Unis, 21,8% du Canada, 15% de la France, 5,2% du Royaume-Uni, et 1,8% de l’Australie.  (source : Demographics Pro).

Depuis ce temps, j’ai rédigé et publié plus de deux cent billets et articles axés sur cette thématique, que j’ai finalement adaptés, et regroupés en quatre chapitres dans ce nouvel ouvrage «GÉNÉRATION C : l’influence des consommateurs dans les médias sociaux». Destiné aux chefs d’entreprises et aux professionnels de tous les secteurs, ce nouvel ouvrage présente les multiples facettes du marketing d’influence dans les médias sociaux ; de l’identité numérique, à la e-réputation au personal branding et l’égocasting, et comment les consomm’acteurs de la Génération C en bénéficient.

L’influence des consommateurs branchés en quatre chapitres

Dans le premier chapitre, je dresse d’abord un portrait global de la nouvelle génération des consommateurs dans les médias sociaux, celle qu’on nomme désormais la Génération C. En m’appuyant sur différents ouvrages, et quelques études et analyses,  je tente de démontrer comment les comportements sociaux et économiques des cinq générations (des aînés et baby-boomers à la nouvelle Génération ALPHA) se rejoignent et se recoupent à travers les réseaux sociaux. Avec différents exemples, j’explique comment les cinq générations de consommateurs branchés de la Génération C exercent un véritable pouvoir d’influence dans neuf sphères d’activités de la vie de tous les jours. Et, comment les organisations, les marques et les entrepreneurs et professionnels peuvent regagner la confiance des consommateurs en modifiant leur approche de marketing.

imgres-12-1

Dans le deuxième chapitre, je décris et je détaille les mécanismes du marketing d’influence et de contenus dans les médias sociaux, et ce que ça représente comme opportunités, à la fois pour les consommateurs et les entreprises. À l’aide d’autres exemples, et en me basant sur mon expérience personnelle, j’explique comment les entreprises et les professionnels peuvent en profiter pour mieux rejoindre leur clientèle. Finalement, j’ouvre mon coffre à outils, et j’explique comment j’utilise les différentes applications disponibles sur le Web pour alimenter mon réseau, et diffuser mes contenus sur les différentes plateformes.

Dans le troisième chapitre, j’explique ma conception de la courbe d’utilisation des médias sociaux et la pyramide d’influence que suivent à la fois les influenceurs, les entreprises et les utilisateurs.  Je fais la distinction entre les différents types d’influenceurs et les ambassadeurs, comment on les identifie et comment on peut les trouver à travers les réseaux sociaux. Avec quelques études de cas (TELUS Québec, CADILLAC ATS 2013), je décris comment certaines entreprises se sont démarquées à travers différentes campagnes de marketing d’influenceurs et d’ambassadeurs.

Dans le quatrième et dernier chapitre, j’explique la véritable valeur du capital social des influenceurs, et comment la mesure de l’influence dans les médias sociaux est devenue une priorité pour les agences de marketing. Je décris les principaux outils de mesure gratuits (Klout, Kred, PeerIndex, et je démontre comment on peut faire grimper son capital social en acceptant l’aspect ¨jeu social¨ des algorithmes qui les régissent. Je souligne aussi dans ce dernier chapitre comment la mesure de l’influence dans les médias sociaux a évolué rapidement, et se révèle un marché très lucratif avec l’acquisition de Klout par le géant Lithium Technologies pour 200 millions $ au début de 2014.  J’explique pourquoi les organisations et les entreprises doivent désormais considérer une analyse plus contextuelle de leur campagne d’influence dans les médias sociaux, avec une entrevue de Nicolas Chabot de Traackr. Et, je dresse une liste des différents outils d’analyse et de ¨monitoring¨ de performance, en décrivant les avantages des autres métriques comme les KPI (Key Performance Indicator) et les CLV (Customer Lifetime Value) avec Neal Schaffer.

Je conclue en expliquant pourquoi et comment les organisations, les entreprises et les professionnels doivent dorénavant considérer le retour sur investissement de leur campagne de marketing dans les médias sociaux différemment. En l’orientant davantage vers les consommateurs branchés de la Génération C. Car, ce sont eux qui possèdent vraiment les clés de l’influence dans les médias sociaux.

Dans cet ouvrage de plus de 150 pages, vous trouverez toutes les informations essentielles, les plus pertinentes et actuelles, pour vous aider à mieux comprendre les différentes motivations des nouvelles générations de consommateurs branchés de la Génération C.  Plusieurs tableaux et infographies expliquent les mécanismes du marketing d’influence dans les médias sociaux, tandis que plusieurs listes présentent en revue les différents outils de mesure et de ¨monitoring¨. Finalement, à travers les différents chapitres du livre, vous découvrirez également une série de liens enrichis vers différentes références et sources d’informations utiles et pratiques.

Un premier livre traduit en anglais

(Image : Maximize Social Business)

(Image : Maximize Social Business)

Pour la première fois, un de mes livres sera publié dans plusieurs langues. Préfacé par une sommité des médias sociaux ; Neal Schaffer, qui me fait cet honneur.  «GÉNÉRATION C : l’influence des consommateurs dans les médias sociaux» sortira d’abord en version numérique (en français) à la fin de l’été, puis en format imprimé au début de l’automne. Plus tard, en octobre ou novembre, la version anglaise : «GENERATION C : The Influence of the Connected Consumers», sera publiée à son tour dans les deux formats.  Et, pour 2015, il est déjà question que l’ouvrage soit traduit en espagnol pour le marché hispanophone de l’Amérique du Sud, des Etats-Unis et de l’Europe.

En souhaitant que ce nouvel ouvrage, et toutes les informations qu’il regroupe, apportent aux lecteurs un nouvel éclairage sur les enjeux qui attendent les entreprises et les professionnels au cours des prochaines années face à la montée de la nouvelle Génération C, j’attendrai vos commentaires et suggestions pour y apporter les derniers ajustements.  De quel(s) aspect(s) de la nouvelle Génération C, et du pouvoir d’influence qu’ils exercent dans les médias sociaux, souhaiteriez-vous que mon prochain ouvrage traite davantage? Faites-moi connaître  vos suggestions, et recevez une copie personnalisée.  Au plaisir d’avoir de vos nouvelles. Et, bonne lecture!

0

VIRAGE 2.0 – Version 2.012

posted by Raymond Morin on Mardi, décembre 20th 2011

VIRAGE 2.0 – Version 2.012

Pour commencer l'année numérique du bon pied!

 À chaque hiver, on dresse le bilan de l'année qui s'achève. À la lumière des résultats, on tire les leçons qui s'imposent, et on prend des résolutions pour commencer le nouvel an du bon pied. Cette année, j'ai décidé de ne pas attendre, et de régler une tâche que j'aurais dû accomplir bien avant. L'histoire du cordonnier mal chaussé… Pour 2012, c'est une de mes premières résolutions ; ne plus remettre à plus tard sous de faux prétextes.

J'ai donc pris le taureau par les cornes, et j'ai revu l'ensemble de mon blogue-portfolio. Il m'aura cependant fallut une bonne discussion avec Isabelle Poirier, d'Intelegia, pour me secouer et me convaincre de passer à l'action. J'y ai passé le week-end, mais ça en valait la peine. Je crois que les modifications apportées amélioreront votre visite sur mon site. Bien sûr, ce n'est pas parfait, loin de là. L'exercice m'a fait réaliser à quel point j'ai encore tout à apprendre avec WordPress. Alors, si vous avez des trucs à me refiler pour améliorer certains aspects, ne vous gênez surtout pas. ;-)

 En 2012, devenir un influenceur dans les médias sociaux ; un enjeu majeur!

Comme plusieurs observateurs de la blogosphère et des médias sociaux, je crois que l'année qui s'en vient sera déterminante pour les entreprises et les marques sur le Net. De plus en plus conscientes qu'on doit dorénavant les retrouver dans les réseaux sociaux, les compagnies et les organisations voudront s'y assurer une niche pour rejoindre et attirer leur clientèle. Les entrepreneurs et les dirigeants d'organismes rivaliseront pour devenir des influenceurs des médias sociaux dans leur domaine. 

En 2012, la mesure de l'influence et de l'engagement dans les médias sociaux demeurera un enjeu majeur, autant pour les professionnels que pour les entreprises et les organisations. Depuis plus d'un an, j'étudie la notion d'influence sur le Web dans un contexte professionnel, et ce printemps, je publierai un livre (en français et en anglais) qui regroupera les résultats de mes recherches, appuyé d'études, d'entrevues et de réflexions. On peut déjà en lire des extraits sur le site de l'agence de développement économique et de marketing de contenus Intelegia, avec qui je collabore comme blogueur-invité. J'ai donc ouvert une nouvelle section : «Blogueur-invité», où en plus de mes billets sur Intelegia, on y retrouve également mes articles publiés dans le webzine techno français Locita. 

De plus, j'ai créé une nouvelle page : «Influence médias sociaux», qui regroupe tous les autres articles et billets que j'ai publié au cours de l'année, concernant la notion d'influence et d'engagement dans les réseaux sociaux et les différents outils de mesure. Dans cette nouvelle section du site, on peut donc suivre (en temps réel) l'évolution du classement de trois listes de professionnels du Web montées avec l'outil de PeerIndex. Plus de 2000 professionnels de tous les secteurs d'activités, réunis sur trois listes, dont certaines ont déjà été visitées près de 12000 fois au cours des derniers mois :

- Professionnels du WEB (Québec/NB) – 1128 entrées/11 555 visites (au 19/12/2011)

- Professionnels du WEB (francophonie) – 571 entrées/4314 visites (au 19/12/2011)

- WEB Influencers (World) – 1878 entrées – 7185 visites (au 19/12/2011)

Une nouvelle année axée vers les conférences, la formation et le coaching sur les médias sociaux en entreprise

Pour répondre à la demande déjà très forte des entrepreneurs indépendants et des chefs de PME, j'ai aussi choisi de consacrer davantage de temps et d'énergie aux conférences, aux ateliers de formation et au coaching pour la prochaine année. J'ai changé ma page d'accueil statique pour mettre de l'avant mes services. Et, j'ai modifié la section «Conférences/formations/coaching», avec plus de 25 thématiques de conférences et d'ateliers, et des sessions de coaching personnalisé pouvant aller de simples consultations de quelques heures à l'accompagnement de projets spécifiques à plus long terme. 

Dans cette nouvelle section, on peut également consulter près d'une dizaine d'extraits vidéo de conférences, d'ateliers de formation et de panels de discussion auxquels j'ai participé. Autant de capsules vidéo téléchargeables par la suite sur ma chaîne YouTube : 

- Micro-blogging et Twitter

- Dresser le portrait Web 2.0 de l'entreprise

- Géolocalisation et Web mobile

- Génération C et Web mobile

- Blogues et rédaction Web

- Médias sociaux : Y être absolument? (Salon du Livre de Montréal 2010)

- Facebook : 2 conseils pour les débutants (Salon du Livre de Montréal 2010)

- Réseaux sociaux : Comment choisir ses ami(e)s (Salon du Livre de Montréal 2010)

J'ai également apporté des modifications à la section «Publications/entrevues vidéo», en rajoutant les liens vers mes deux livres «Comment entreprendre le virage 2.0» et «Culture Web à la portée des PME», désormais disponibles en ligne. Et, j'ai ajouté la liste des entrevues-vidéo réalisées à la sortie du livre :

- RDI Économie (RDI/Radio-Canada), avec Gérald Fillion

- Canal Argent (LCI), avec Sophie Lemieux

- Le Lien Multimédia, avec Charles Prémont – Les tendances du Web 2.0 en entreprise

- Le Lien Multimédia, avec Charles Prémont – Les appréhensions 2.0 des entrepreneurs

Objectif 2012 : Développer et améliorer votre profil social 

 En 2012, la question d'influence et d'engagement dans les médias sociaux continuera de susciter d'intenses débats. Dans la foulée des outils de mesure les plus populaires (Klout, PeerIndex, Empire Avenue), en 2011, on a vu émerger une multitude de nouvelles plateformes et d'applications qui proposent leur propre analyse de l'influence dans les réseaux sociaux. Mais, si la mesure de l'efficacité et de l'engagement à travers les médias sociaux s'avère mesurable et quantifiable, l'influence d'un individu ou d'une marque ne se limite pas seulement au Web, et déborde souvent dans la vraie vie. (À lire sur @Locita : L'influence dans les médias sociaux – Une tendance lourde en 2011)

Néanmoins, ces outils de mesure demeurent pertinents, dans la mesure où ils permettent d'évaluer et analyser l'efficacité des campagnes dans les réseaux sociaux. Même s'ils ne révèlent que certaines facettes de l'activité, ils permettent de calculer et de justifier le ROI de l'opération. S'il veut devenir un influenceur dans son domaine, le professionnel comme l'entreprise doit pouvoir mesurer ses résultats pour développer et améliorer constamment son profil social. Il ne doit donc pas se fier qu'à un seul outil, mais plutôt diversifier ses sources, en fonction de ses propres critères.

C'est dans cette optique que j'ai décidé d'apporter aussi des modifications à mon blogue, de manière à pouvoir fournir un meilleur aperçu de mon «Profil social». J'ai commencé par y intégrer ma nouvelle carte sociale MiniXeeMe, qui permet d'accéder directement d'un seul clic à mon profil dans près de 40 plateformes sociales et groupes de discussions. Cette nouvelle plateforme donne accès à plus de 200 médias sociaux différents, et permet à l'utilisateur de se connecter à d'autres professionnels du Web dans plus de 25 pays à travers le monde. 

Pour compléter mon profil social, j'ai rajouté des liens et des widgets qui permettent dorénavant de suivre mon score selon les trois principaux outils de mesure que j'utilise : Empire Avenue (EAv), Klout, et PeerIndex. J'ai également intégrés les liens vers trois nouvelles plateformes que j'ai adopté récemment:

* PROskore, qui analyse également le profil professionnel et le CV de l'utilisateur, et le poids des contacts dans le site,

* XeeMe, qui accorde un score global de l'activité pour l'ensemble de l'activité dans les réseaux sociaux connectés au profil,

* Marketing Grader, de HubSpot, qui analyse la performance, à trois niveaux, dans les principaux réseaux, 

Grâce aux widgets disponibles, on peut suivre en temps réel, l'évolution de mon score sur Empire Avenue (EAv), sur Klout et sur PROskore, dans la page «Profil social» .

Une présence accrue dans les réseaux sociaux

En 2012, pour devenir eux-mêmes des influenceurs du Web dans leur domaine, les professionnels de tous les domaines, les entrepreneurs indépendants et les chefs de PME devront assurer une présence accrue, et soutenue, dans les réseaux sociaux pour obtenir la confiance des autres influenceurs.

Au cours des dernières semaines, à l'invitation de nouveaux contacts sociaux, j'ai accepté de participer comme bêta testeur à de nouvelles plateformes sociales qui proposent une approche différente de l'engagement, basée sur la recommandation des pairs. Le site Connect.me me permet notamment de développer mon réseau de contacts sociaux en reliant mes profils et listes d'abonnés dans près d'une douzaine d'autres plateformes. On peut donc savoir plus facilement dans quelles autres plateformes sociales se retrouvent également nos contacts, et établir de nouveaux liens vers nos autres pages sociales. Dans Connect.me, c'est par l'attestation (vouch) de ces relations qu'on augmente son niveau de confiance (trust). 

Puisqu'il faut désormais gérer son temps de manière à soutenir une présence accrue à travers les réseaux sociaux, on doit aussi permettre aux utilisateurs d'accéder rapidement aux meilleurs contenus. La nouvelle plateforme Twylah regroupe, à chaque semaine, les tweets les plus consultés de son fil Twitter, pour les présenter selon les thématiques les plus populaires, avec liens, images et vidéos provenant de la source. 

 Twylah Fan Page J'ai donc rajouté le bouton de ma page Twylah et celui de ma page XeeMe à la fenêtre «Réseaux sociaux» de la colonne de droite, et intégré une nouvelle fenêtre affichant en temps réel le fil de mes cinq plus récents tweets sur Twitter.

Bien sûr, on retrouve encore dans la barre latérale la liste de mes plus récents articles, les archives de chaque mois, le moteur de recherche et le nuage de mots-clés dans le bas de la colonne.

Vos commentaires et appréciations 

Pour terminer l'année 2011 en beauté, et amorcer la nouvelle année numérique qui s'en vient du bon pied, je vous propose donc une nouvelle expérience de navigation sur Virage 2.0, avec davantage de contenus enrichis. J'espère que ça vous plaira.

Aussi, je réitère l'invitation ; si vous avez des suggestion ou des trucs pour améliorer certains aspects, n'hésitez surtout pas. Laissez-moi vos commentaires et critiques, bonnes ou mauvaises, je me ferai un devoir d'y répondre. 

En attendant, je vous souhaite une très joyeuse période des Fêtes avec vos proches. Et, pour 2012, de trouver enfin votre niche dans les médias sociaux.

0

ENTREPRENDRE 2.0

posted by Raymond Morin on Samedi, juillet 2nd 2011

ENTREPRENDRE 2.0 :

SOCIAL MEDIA REVOLUTION : LE PORTRAIT DU WEB 2.0

Au cours des prochaines années, les médias sociaux et le web mobile continueront d’occuper les pôles principaux du monde des affaires et de la politique. Pour les entrepreneurs indépendants et les professionnels, comme pour les chefs de PME et les dirigeants d’organismes, la question n’est plus de savoir si l’on doit prendre le virage vers le Web 2.0 et les médias sociaux, mais plutôt par où doit-on commencer pour en bénéficier pleinement?

Et, pourtant, la plupart des décideurs demeurent encore frileux à l’idée d’adopter les médias sociaux dans un contexte professionnel. Pour plusieurs, la sécurité des données et de l’identité numérique sur Internet représente un obstacle majeur, tandis que pour d’autres c’est la gestion des commentaires qui embête.

Aussi, pour le professionnel du Web, il y a toujours une certaine évangélisation à faire avant de convaincre le client et de le convertir. C’est avec cette idée que je commence chacune de mes présentations avec le clip vidéo de Social Media Revolution, de Equalman Productions (Erik Qualman @equalman).

À travers un montage dynamique, ce clip-vidéo de @equalman révèle chacun des plus récents chiffres-clé sur l’impact des différents réseaux sociaux dans le monde. En quelques minutes, il permet de d’obtenir un portrait global de médias sociaux et du web mobile. Parce qu’il s’avère une véritable référence en matière de statistiques récentes,Social Media Revolution devient un outil privilégié pour tout professionnel du Web, qu’il soit évangélisateur du Web 2.0 et des médias sociaux en entreprises ou non. 

  LA RÉVOLUTION DU WEB MOBILE

Les professionnels de tous les secteurs, les entrepreneurs indépendants et les chefs de PME doivent dorénavant placer les médias sociaux et les nouveaux outils du Web mobile en tête de liste de leurs priorités.

L’évolution extrêmement rapide de la téléphonie mobile et des téléphones intelligents a favorisé une explosion extraordinaire des communications sans-fil et d’Internet. En 2010, les applications mobiles ont connu un succès commercial sans précédent, et on a vu apparaître une multitude de nouvelles technologies adaptées auxsmartphones et à la téléphonie IP. Dans la même foulée, la popularité grandissante des tablettes tactiles et des lecteurs portables vient contribuer à l’amplification du phénomène qui s’avère finalement la principale tendance lourde pour les prochaines années.

Cette révolution du mobile a ouvert la porte à l’essor d’autres applications développées depuis déjà quelques années, comme les codes QR, la géolocalisation et le m-couponing, qui connaissent une popularité grandissante auprès des utilisateurs. Et, au cours des prochaines années, grâce au progrès réalisés avec le système de communication en champ proche (NFC – Near Field Communication) et l’authentification biométrique, le paiement mobile permettra aux utilisateurs de s’affirmer définitivement comme de véritables consomm’acteurs.

Lire : The Mobile Revolution in Canada, Knowlton Thomas, dans Techvibes.

  LE VÉRITABLE IMPACT DE LA NOUVELLE GÉNÉRATION C ET L’EGOCASTING

L’évolution des technologies mobiles a également entrainé une migration massive vers les réseaux sociaux, qui ont profité du boom d’Internet pour s’imposer à tous les niveaux de notre vie quotidienne, de la maison aux loisirs, en passant par l’éducation, la santé et le travail. Cette importante mouvance s’est faite au détriment des médias traditionnels, abandonnés par leur auditoire. Du coup, les annonceurs se sont vus obligés de modifier en profondeur leur stratégie de marketing, et de socialiser davantage leurs marques. Les technologies mobiles placent dorénavant l’utilisateur au premier plan. Dorénavant, c’est le consomm’acteur qui s’impose aux marques et aux entreprises par le biais des réseaux sociaux.

Lire : Facebook and Twitter will soon replace all websites dans SocialMediaToday.com

Lire : S’approprier les marques dans The Economist (Courrier International Hors-Série)

Profitant de l’accessibilité grandissante du réseau et de la flexibilité du Web mobile et des médias sociaux, le nouvel utilisateur d’Internet tient dorénavant les rênes d’une nouvelle économie non-marchande. Il détient désormais le pouvoir de décider non seulement du moyen (média), mais surtout du produit ou service (contenu) qu’il va adopter, et consommer en bout de ligne, au moment qu’il aura décidé, en fonction de ses propres besoins, de ses préférences.

À l’encontre des médias traditionnels (diffusion de masse ou broadcasting) c’est le phénomène de l’égocasting qui se révèle à travers les médias sociaux. L’importance que prennent dorénavant les contenus générés par les utilisateurs oblige les diffuseurs à réviser complètement leurs stratégies de diffusion.

Dans le même sens, l’explosion des réseaux sociaux et du Web mobile, entraine également de  profonds changements dans les stratégies de marketing des entreprises et des organisations. Confrontés à cette nouvelle génération de consomm’acteurs (Génération C), qui impose ses attentes, les marketeurs doivent dorénavant adopter de nouvelles approches. La très grande accessibilité (aux produits et services) qu’apportent les nouveaux outils du Web 2.0 vient complètement bouleverser les règles du marketing traditionnel.

Cependant, il ne faut pas confondre Generation C (utilisateurs du Web 2.0 et des médias sociaux) avec les natifs numériques (nés entre 1994- 2010). J’y reviendrai dans un nouveau billet…

Lire : Generation C dans Trendwatching

LE MARKETING CONVERSATIONNEL : UN VIRAGE À 180 DEGRÉS POUR LES AGENCES

En décembre 2010, les dernières statistiques dénombraient plus de 255 millions de sites Web à travers la vaste toile d’Internet. Du nombre, on estime qu’un peu plus du 2/3 sont des sites commerciaux ou professionnels. Or, pour parvenir à se démarquer de cette masse d’informations, de produits et de services disponibles via Internet, les entrepreneurs et les dirigeants d’organisations ne peuvent plus se contenter d’y avoir seulement une vitrine. Il faut savoir développer sa niche, son créneau, et se positionner efficacement, là où la clientèle se trouve dorénavant, de manière à ce qu’elle nous trouve le moment voulu. Avant de s’adresser au client-potentiel, il convient d’offrir d’abord de partager une expérience enrichissante. Avant d’atteindre la raison du consomm’acteur, il faut viser l’émotion…

Dans les agences de marketing, pour faire face à ce virage à 180 obligé, les marketeurs se voient forcés d’adopter de nouvelles approches : on parle désormais de inbound marketing et de storytelling, de marketing de contenus ou de marketing conversationnel, et le placement de produits devient vite une des nouvelles avenues exploitées par les annonceurs sur le Web. Les contenus prennent le pas sur la marque ou le produit, et deviennent le centre des stratégies de marketing. Chez les entrepreneurs indépendants, on commence enfin à considérer que le ROI (Return On Investment) des médias sociaux se traduira par le fait qu’ils seront encore actifs dans 5 ans…

Lire : Inbound Marketing vs Outbound Marketing dans HubSpot

 Avec l’egocasting et les contenus générés par les utilisateurs (CGU), de nouvelles approches de vente et de sollicitation s’imposent donc aux marketeurs. À chaque minute, 48 heures de vidéos générées par les utilisateurs sont téléchargées sur YouTube. Sur TripAdvisor, plus de 45 millions de visiteurs uniques partagent près de 40 millions de critiques et opinions. Wikipedia publie plus de 15 millions d’articles dont plus de 78% proviennent d’utilisateurs non-anglophones.  Plus de 200 millions de blogues sont diffusés dans la blogosphère.

Or, dans ce contexte, les contenus générés par les utilisateurs (CGU) ont une incidence directe sur le succès des marques (produit/service). Plus du tiers des blogueurs (34%) publient régulièrement leurs opinions sur les marques, les produits et les services. Profitant de l’instantanéité des communications sur Internet, les recommandations de pair-à-pair (P2P) s’avèrent aujourd’hui le premier incitatif d’achat ; 90% des consommateurs vont d’abord privilégier les recommandations de leurs pairs, tandis que seulement 14% se fient encore aux publicités. Seulement 18% des campagnes télévisuelles traditionnelles génèrent des résultats (ROI) positifs. En 2010, 24 des 25 plus grands médias imprimés et journaux encaissaient déjà une chute dramatique de leur tirage à cause de la migration massive du public vers les réseaux sociaux. À l’inverse, plus de 60 millions de nouveaux statuts sont publiés à chaque jour sur Facebook, et ça ne cesse de s’accroître.

«We no longer search for the news, the news finds us. We will no longer search for products and services, they will find us via social media» souligne Erik Qualman (@equalman) dans le vidéo Social Media Revolution.

  ENTREPRENDRE 2.O : UNE NOUVELLE CHRONIQUE À SUIVRE

Au cours des prochaines semaines, je vous propose donc de suivre une nouvelle chronique : ENTREPRENDRE 2.0. Constituées de courts extraits de chacun des chapitres de mon prochain livre : Entreprendre 2.0 : Comment profiter des nouveaux outils des médias sociaux, en cours de rédaction, ces chroniques vous permettront de suivre l’évolution des nouvelles applications des réseaux sociaux, du web mobile et des nouvelles tendances du web marketing.

À travers une série de courts billets, je vous ferai régulièrement partager le fruit de mes recherches sur la Toile, qu’il s’agisse des médias sociaux et du Web mobile, ou encore plus largement de la culture numérique. Vous y trouverez régulièrement les meilleurs articles provenant des sources les plus réputées en matière de médias sociaux et de web marketing à travers le monde. Au fil des semaines, vous y retrouverez les statistiques les plus récentes sur l’évolution du marché du web mobile et des réseaux sociaux provenant des organismes et des institutions les plus qualifiées. Et, vous pourrez profiter des conseils judicieux des spécialistes les plus renommés du web social et des médias sociaux.

Je vous invite donc à nous suivre, à commenter et à partager tous les contenus de ces chroniques avec votre propre réseau.  Bonne lecture et bons échanges!

 

11

TOP 100 – Influenceurs du Web au Québec – édition spéciale 2010

posted by Raymond Morin on Mercredi, décembre 22nd 2010

 

TOP 100 – INFLUENCEURS DU WEB AU QUÉBEC 

VERSION SPÉCIALE 2010

À quelques jours du long congé du temps des Fêtes, je vous propose une nouvelle édition améliorée du TOP 100 des influenceurs du Web au Québec, avec plus d’une trentaine de nouvelles entrées. Toujours basé sur le Klout score, en attendant l’application de Twitter Analytics, ce nouveau palmarès des influenceurs des médias sociaux constitue une première liste des 100 micro-blogueurs les plus actifs au Québec. Y figurez-vous?

DES CRITÈRES AUSSI SIMPLES QU’ÉQUITABLES

Depuis la première mise en ligne à la fin novembre, on m’a beaucoup questionné sur mes critères de sélection.  En fait, je me suis arrêté à trois critères de base, très simples, qui me permettaient de dresser une liste plus ouverte :

·      Être actif sur Twitter et Facebook. et avoir un compte (gratuit) sur Klout

·      Tweeter en français, à partir du Québec, et proposer régulièrement des contenus (liens) pertinents concernant les médias sociaux, le commerce électronique et/ou la culture numérique,

·      Être identifié à une personne morale reconnue, ou à un entrepreneur indépendant. Les comptes uniquement identifiés à un pseudo ou un avatar ne sont pas acceptés.

Pour établir le classement, je me suis d’abord basé sur le Klout score qui établit une cote de 1 à 100 selon l’activité générale de l’influenceur sur Twitter, et sur Facebook, selon 35 variables différentes. En cas d’égalité, c’est le poids du réseau (Network score) qui détermine la position, puis finalement celui du True Reach si l’égalité persiste.

UNE LISTE PLUS COMPLÈTE, AVEC PLUS D’UNE TRENTAINE DE NOUVELLES ENTRÉES

On m’a aussi reproché de présenter des listes incomplètes. Alors, je profite donc de cette nouvelle publication du palmarès pour offrir toutes mes excuses aux blogueur(se)s et influenceur(e)s qui ne figuraient pas sur mes premières listes. Suite à vos commentaires, je me suis empressé de vous rajouter à la liste.

En fait, il faut se rappeler qu’avant le printemps 2010 (26 mars 2010), j’étais volontairement demeuré absent de la blogosphère, et par surcroît, de Twitter. (lire mon premier billet «Être sur Twitter pour y être, cela ne sert à rien»). Je ne pouvais alors avoir qu’une vague idée des intervenant(e)s les plus actif(ve)s dans les médias sociaux.

EN ATTENDANT TWITTER ANALYTICS

Évidemment, cette nouvelle liste des influenceurs du Web au Québec suscitera assurément encore beaucoup de commentaires. Certains vétérans des médias sociaux verront d’un mauvais œil l’arrivée de jeunes (ou plus ou moins jeunes) geeks sans expérience dans ce palmarès. Les absent(e)s s’en plaindront, tandis que les observateurs soulèveront l’omniprésence des personnalités des médias dans le TOP 10, alors qu’ils bénéficient au départ d’un bassin de followers plus important que la moyenne des professionnels.

En attendant le Twitter Analytics qui devrait nous fournir un outil de mesure faisant l’unanimité, cette nouvelle liste (améliorée) permettra aux blogueurs et blogueuses francophones du Québec de mieux se positionner parmi les influenceurs du Web et des médias sociaux.

UN NOUVEAU CLASSEMENT DES 100 PLUS IMPORTANTS INFLUENCEURS DU WEB

En ajoutant plus d’une trentaine de nouvelles entrées dans ce nouveau TOP 100, le classement général a subi de très grands changements..

Tout d’abord, il faut souligner la performance remarquable de la jeune entrepreneure Kim Auclair, qui est passée de la 20ième à la 5ième position, faisant ainsi son apparition dans le TOP 10. Mais, également, les nouvelles entrées de marianik1968 (3ième), FredFortin (6ième) et ThomaDaneau (9ième).

Dans le TOP 25, on remarque aussi l’entrée de trois nouveaux influenceurs ; Benoît Chamontin (19ième), ianGon (20ième) et karlpro (21ième). Tandis que dans le TOP 50, plusieurs nouvelles personnalités du Web et des médias sociaux s’ajoutent aussi à la liste, dont Lyne_Robichaud (29ième), KimVallee (33ième), VincentAbry (37ième), lintercom (Sophie Marchand) (44ième) et mdumais (48ième).

En tout, près de 35 nouvelles entrées figurent dans cette nouvelle liste, dont près d’une dizaine se trouvent dans l’anti-chambre (de 101 à 120). Ceux et celles qui se trouvaient sur les premières listes risquent fort de voir leur classement modifié avec ces nouvelles entrées. Assurément, ça fera jaser dans les chaumières…

Y FIGUREZ-VOUS? SINON, MANIFESTEZ-VOUS!

Alors, dans le but d’obtenir la liste la plus complète possible des plus importants influenceurs du Web au Québec, je lance l’invitation : si vous croyez devoir faire partie de cette liste, et que vous n’y êtes toujours pas, n’hésitez pas à communiquer avec moi. Manifestez-vous, et assurément, vous serez considérés.

Si vous répondez aux critères énoncés ci-haut, et que vous obtenez un Klout Score de plus de 45 points, vous devriez y être. Alors, n’hésitez pas à me le souligner. Il me fera plaisir de vous ajouter sur la liste.

De plus, si vous avez des commentaires à formuler, je vous encourage aussi fortement à nous les faire partager.

Bonne lecture! Et, une très belle période des Fêtes.

 

Position

Nom utilisateur (Twitter)

Klout score

True reach

Amplification

Network

1

guglielminetti

77

4K

82

97

2

michelleblanc

73

4K

58

86

3 (new)

Marianik1968

69

1K

54

85

4 (3)

PhillippeMartin

67

2K

48

82

5 (20)

KimAuclair

67

1K

51

73

6 (new)

FredFortin

67

516

51

70

7 (5)

ginades

66

2K

48

71

8 (4)

bdescary

65

13K

40

72

9 (new)

thomadaneau

64

894

45

87

10 (7)

laurentlasalle

64

415

45

71

11 (6)

patdion

64

2K

48

69

12 (17)

DominicArpin

64

19K

44

64

13 (8)

e_veilleur

63

334

45

70

14 (12)

martinlessard

63

503

42

69

15 (9)

fharper

63

436

43

69

16 (14)

Mariejugag

63

2K

50

68

17 (15)

DanyPaquin

63

941

50

68

18 (10)

NicolasRoberge

63

2K

49

66

19 (new)

BenoitChamontin

63

40

48

66

20 (new)

ianGon

62

543

42

77

21 (new)

karlpro

62

479

44

69

22 (13)

joplam

62

392

41

68

23 (11)

PierreLucLemay

62

2K

46

67

24 (21)

LucDupont

62

3K

40

66

25 (18)

guillaumebrunet

61

385

42

85

26 (new)

Mheleneb

61

144

41

69

27 (16)

MarioAsselin

60

1K

40

67

28 (23)

DominicDesbiens

60

279

45

64

29 (new)

Lyne_Robichaud

59

313

38

67

30 (25)

RaymondMorinV2

59

53

36

69

31 (19)

JeanBoileau

59

498

41

65

32 (22)

DianeBourque

58

261

35

84

33 (new)

KimVallee

58

2K

38

83

34 (27)

NathalieCollard

58

657

39

64

35 (28)

MindSix

58

138

41

64

36 (32)

Dboudreau

58

20

39

64

37 (new)

vincentabry

58

2K

37

63

38 (new)

dezjeff

58

580

41

58

39 (34)

palalonde

57

263

35

65

40 (26)

CindyRivard

57

767

38

64

41 (27)

sebprovencher

57

923

37

63

42 (new)

edithjolicoeur

57

114

40

63

43 (24)

AlexBoileau

57

14

36

62

44 (new)

Lintercom (Sophie Marchand)

56

142

33

62

45 (32)

carlcharest

56

464

36

60

46 (28)

marcan

56

144

34

59

47 (57)

amicalmant

55

527

33

64

48 (new)

mdumais

55

621

32

61

49 (38)

diane_berard

55

490

37

61

50 (36)

Steveproulx77

54

783

28

61

51 (38)

Philippefehmiu

54

2K

33

60

52 (37)

KarineMiron

54

465

32

60

53 (39)

francoischarron

54

1K

32

59

54 (45)

supergilbys

54

681

34

59

55 (35)

PierreBellerose

53

920

30

82

56 (new)

genevieveallard

53

721

32

60

57 (new)

LawrenceGary

53

506

30

60

58 (new)

roch (Roch Courcy)

53

326

32

60

59 (new)

ccamart

53

297

31

60

60 (44)

Orenoque (Louis Durocher)

53

1K

32

59

61 (82)

Titaninteractif (Samuel Parent)

53

48

31

57

62 (54)

zelaurent

53

1k

33

56

63 (42)

julie_horn

52

440

33

59

64 (33)

dioplr

52

606

31

58

65 (44)

sgrandmaison

52

923

35

55

66 (46)

Nathalie101

52

111

33

54

67 (47)

Emergent007

51

2K

28

61

68 (new)

_sthibault

51

59

28

59

69 (56)

sylvaincarle

51

8

30

58

70 (64)

ChristianMasson

50

122

25

70

71 (40)

jfcodere

50

688

27

59

72 (new)

AlphonseHa

50

174

26

59

73 (53)

SusanneMartel

50

153

30

59

74 (50)

PatrickHamel25

50

127

28

59

75 (52)

yantheriault

50

167

28

57

76 (55)

mcken

50

480

26

55

77 (new)

suzlortie

49

82

28

59

78 (65)

missberlinger

49

114

29

57

79 (53)

annedarche

49

810

28

56

80 (61)

sdeclomesnil

49

254

28

55

81 (new)

SophieLabelle

48

705

25

57

82 (54)

matyasgabor

48

530

24

57

83 (80)

AndresRestrepo

48

139

25

57

84 (59)

SaberTriki

48

127

25

56

85 (62)

intelegia

48

126

27

54

86 (81)

bouthotcom

47

287

22

58

87 (new)

everaymond

47

112

26

55

88 (49)

Marketinehoude

47

1K

26

54

89 (49)

msullivan

47

305

25

54

90 (62)

Wuxia

47

282

24

51

91 (57)

fdlaramee

47

257

24

51

92 (63)

KhaledElHage

46

211

23

56

93 (64)

DavidMTL

46

401

24

53

94 (70)

marcpoulin

46

55

24

53

95 (60)

etiennechabot

46

2K

25

52

96 (67)

pgmartin

46

480

25

51

97 (66)

ericbaillargeon

46

1K

27

50

98 (new)

LaurentMarcoux

46

51

19

58

99 (new)

marcsnyder

45

364

24

75

100 (69)

juliebenoit

45

85

24

59

101

jacqueswarren

45

583

25

53

102 (new)

BenTremblay

44

1K

25

37

103 (new)

amidumonde

44

424

23

47

104

arnaudgranata

43

190

16

52

105 (new)

jeromeparadis

42

737

20

70

106 (new)

meloyul

42

463

18

54

107

DianeNadeau

42

434

20

50

108

FTHINK

42

507

21

42

109

Vincent_guerin

42

107

20

48

110

olivierzara

41

652

19

50

111 (new)

isatismktg

41

100

21

49

112

PhilippeBonneau

40

250

18

49

113 (new)

patriceleroux

40

63

18

49

114 (new)

DorisLaRusee

40

51

20

47

115

jeffpoulin

40

166

20

42

116

MBDesrosiers

39

133

17

51

117

jfrenaud

39

54

20

47

118 (new)

Boudro

39

1K

19

47

119

nadmercure

39

341

17

46

120

cguy

39

162

20

34

 

1

MATIÈRES A TWEETER : ÉDITION SPÉCIALE 2010

posted by Raymond Morin on Mardi, décembre 21st 2010

 

MATIÈRES À TWEETER – ÉDITION SPÉCIALE 2010

Semaines du 28 novembre au 18 décembre 2010

BILLET : UNE CHRONIQUE DE VACANCES ? PAS VRAIMENT!

De retour d’un séjour de deux semaines dans le sud de la Floride (qui m’a permis de me sauver de la première tempête de l’hiver), je vous présente une chronique un peu spéciale. Juste avant le long congé du temps des Fêtes, je reprends le clavier pour rédiger un nouveau billet, et vous suggérer une nouvelle sélection de mes tweets et retweets des  trois dernières semaines. Des sujets qui susciteront, je l’espère, encore beaucoup de matières à tweeter pendant les vacances.

 En fait, même si j’ai pu trouver le temps de profiter du soleil et de la plage de la Floride à quelques reprises, ce ne furent pas vraiment des vacances ; je suis resté passablement occupé avec le boulot et le condo. Et, à travers tout ça, j’ai trouvé le moyen de faire avancer le nouveau projet de livre sur les médias sociaux.  Puis, il y a déjà quelques plans de formation et de conférences à préparer pour janvier et février, et ma participation à un comité aviseur d’une start-up prometteuse à planifier. Alors, je n’ai pas vraiment eu le temps de prendre des vacances.

 Mais, je n’ai pas à me plaindre, comme cadre de travail, on a déjà vu pire. ;-) Malgré quelques problèmes intermittents avec le wi-fi du condo où je travaillais, j’ai pu rester branché sur le Québec via les médias sociaux. Et, chaque matin, j’ai pu consulter mon quotidien préféré en ligne avant d’aller à la beach… en fredonnant du Charlebois : «Demain l’hiver, je m’en fous… je m’en vais dans le sud, au soleil!»

UNE PRÉSENCE SOUTENUE DANS LES RÉSEAUX SOCIAUX, EN COMMENÇANT PAR TWITTER

 Neuf mois après avoir publié un premier billet sur mon blogue-portfolio, intitulé «Être sur Twitter pour y être, cela ne sert à rien», je suis resté conséquent avec ce que j’affirmais à Alain McKenna, du Journal Les Affaires. M’inscrivant parmi les 100 millions de nouveaux comptes Twitter en 2010, j’aurai posté (ou envoyé) plus de 1300 tweets (ou gazouillis), et attiré près de 700 followers (ou abonnés). Ce qui semble respectable comme moyenne au bâton… Aujourd’hui, grâce à l’application Web Twuration, je peux désormais suivre ma moyenne quotidienne en temps réel ; près de 5 (4,9) tweets publiés par jour.  

Aussi, durant mon séjour en Floride, il n'était pas question que je reste inactif, pire absent, dans les médias sociaux. À chaque jour, j’ai donc assuré une présence constante dans la blogosphère, tant sur Twitter, que sur les autres réseaux sociaux. Tant qu'à y être, autant y être pour se démarquer.

 

Beach At 1440 S. Ocean Blvd

Raymond just checked-in @ Beach At 1440 S. Ocean Blvd (Pompano Beach, FL)

Sur Foursquare, vous avez donc pu m’accompagner dans mes déplacements à travers les différents quartiers de Pompano Beach,d’Ocean Boulevard et de Palm Aire, et je vous ai proposé une première galerie d’images sur Flickr et sur mon profil Facebook. Et, finalement, j’ai profité d’une des rares matinées nuageuses pour publier une mise à jour du TOP 50 des influenceurs du Web au Québec sur mon blogue-portfolio, le 10 décembre.

DES RÉACTIONS AU PALMARÈS DES INFLUENCEURS DU WEB AU QUÉBEC

 Encore une fois, la publication de ce palmarès des influenceurs du Web au Québec (selon l’algorithme du Klout score, je tiens à le rappeler) m’a valut de nombreux commentaires. Certains spécialistes m’ont reproché le manque de rigueur des critères, ou leur mauvais positionnement, tandis que les absent(e)s se sont plaints de leur absence… J’ai tenté de répondre à chacun(e)s aussi rapidement que possible.

Et, pour encourager la discussion, j’ai également ouvert une nouvelle page de groupe sur Facebook : TOP 50 – Influenceurs du Web au Québec. Durant la période des Fêtes, je pourrai commencer à l’animer davantage, en proposant quelques pistes nouvelles, tout en souhaitant faire avancer le débat.

EN ATTENDANT TWITTER ANALYTICS

 En attendant la sortie promise de Twitter Analytics, avant la fin de l’année, je me suis donc basé sur l’algorithme de Klout (plus de 35 variables pour analyser l’activité des influenceurs sur le site de micro-blogging, mais également sur Facebook.) Cependant, il existe plusieurs autres outils pour évaluer le poids des influenceurs dans la blogosphère.

 L’un d’entre eux est celui d’Empire Avenuequi accorde une cote boursière virtuelle selon un autre algorithme appliqué aux activités sur les deux réseaux sociaux populaires, mais également sur YouTube et Flickr. Or, depuis que j’en ai fait mention dans mon dernier billet, ma cote Eav continue de grimper, dépassant 41e, et mon portefeuille compte plus de 100 titres, pour une valeur de près de 250 000e, tandis que plus de 75 actionnaires se partagent près de 85 % de mes actions. Avec un des meilleurs ratio ROI avec des dividendes en moyenne de plus de 0.45 e par action, je me tiens également pas mal actif de ce côté-là aussi.

D’AUTRES OUTILS DE MESURE DE L’INFLUENCE SUR LE WEB

 Empire Avenue n’est qu’une des applications de mesure d’influence disponible sur le Web, et que j’expérimente depuis quelques temps. Car, comme je vous mentionnais, il en existe plusieurs autres qui peuvent être toutes aussi valables, tout dépendant du point de vue où on se trouve. À travers mes tweets et retweets, j’en répertorie quelques-uns, dont Retweet Rank et Traackr, une start-up de Boston, dont j’attends des nouvelles des responsables. De plus, selon l’équipe du site britannique FreshNetworks, il existerait plus d’une trentaine d’outils gratuits pour trouver et évaluer les influenceurs du Web. Alors, le temps que j’expérimente, je pourrai vous en reparler davantage en 2011…

TWEETS ET RETWEETS, ÉDITION SPÉCIALE DES FÊTES

Finalement, comme j’ai pris un peu de retard au cours des dernières semaines avec la chronique Matières à tweeter, je vous propose une nouvelle liste de tweets et retweets, version spéciale du temps des Fêtes. Une liste, forcément plus longue, couvrant trois semaines particulièrement actives, et que j’ai regroupés (pour ce nouveau billet) en cinq#hashtags : #tendances, #influenceurs, #entreprise 2.0, #geolocalisation, et #reseaux sociaux.  

Alors, en attendant que je finalise une nouvelle mise à jour du TOP 100 des influenceurs du Web au Québec, juste à temps pour alimenter les discussions dans les chaumières à Noël, je vous propose une dernière liste de tweets et retweets pour 2010 ; la plupart en français, provenant de collègues québécois ou francophones, mais également quelques-uns aussi dans la langue de Shakespeare, issus de publications Web anglophones d’un peu partout à travers le monde. 

MATIÈRES À TWEETER – ÉDITION SPÉCIALE 2010 –

SEMAINES DU 28 NOVEMBRE AU 18 DÉCEMBRE 2010

 

RT @RessacMedia: Prédictions médias sociaux 2011 par Ressac:http://bit.ly/gG2ji4 #socialmedia #mediasociaux #predictions #reseaux sociaux

RT @lesocialiseur: RT @jlbenard: réseaux sociaux : 11% des internautes produisent 80% des commentaires d…http://goo.gl/fb/Bh1uC #influenceuers #reseaux sociaux

RT @e_veilleur L'avenir de l'internet mobile passe par les réseaux sociaux http://ow.ly/3pHDv FB phone à venir? La question est lancée… #reseaux sociaux

RT @Supergilbys: 30 free tools for finding social media influencers - http://j.mp/hnaC6D (via @jeanlucr & @distriforce) À expérimenter #influenceurs

RT @Supergilbys: Qui a dit que les médias sociaux n'avaient aucune influence? - http://alturl.com/ej57b (via @hbourgoin) via @LawrenceGary : «Lancer une liaison aérienne via Twitter» -  #influenceurs #médias sociaux #reseaux sociaux

RT @aponcier: 12 Reasons You Should Use Twitter for Business http://goo.gl/fb/CbnLZ via @BillIves @socialmedia2day #reseaux sociaux #entreprise 2.0

RT @beneficenet: Marketing: 57% des entreprises investiront davantage dans les réseaux sociaux en 2011 http://bit.ly/gGxpq2Encourageant! #reseaux sociaux #entreprise 2.0

RT @Axyome: Entreprise 2.0 > Vers une vision plus mature de l’Entreprise 2.0 http://ow.ly/3pegP Très intéressante vision. À partager. #entreprise 2.0

RT @orenoque: 20% des recherches Google sont reliées à la localisation http://bit.ly/fE8paV (Google Places Stats & Facts) /via @ccamart #geolocalisation

 

RT @DanyPaquin: RT @AlexPoitras Vraiment nice : RT: @ThomaDaneau: Carte du monde avec les amitiés Facebook : - http://bit.ly/fXsmqu À voir! #Facebook #reseaux sociaux

RT @coorben: RT @julopero: Geotoko, 1 plateforme pour gérer toutes vos campagnes 4SQ… http://bit.ly/feh0SR via @Neyllie #geolocalisation

RT @e_veilleur Facebook, Twitter… : l'essor des réseaux sociaux http://ow.ly/3o12i Très bon compte-rendu! #Facebook #Twitter #reseaux sociaux

RT @LouisCossette: Un excellent billet de Frédéric Cavazza : Panorama des médias sociaux 2011 http://bit.ly/fRYF8s Merci @FredCavazza #médias sociaux #reseaux sociaux

RT @e_veilleur (Christian Amauger) Christian Amauger Influence, influenceurs et influencés – certains sont plus "égo" que d'autreshttp://ow.ly/3nQ4p #influenceurs

RT @palalonde: Can Klout Really Measure Influence? http://bit.ly/eATvzu via @SocialFresh Très bonne analyse! À partager . #influenceurs

  

RT @Supergilbys (Denis Gilbert) La carte des réseaux sociaux dans le monde http://minu.me/3g0o (via @moderateur) Intéressant coup d'oeil! #reseaux sociaux

RAYMOND MORIN : TOP 50 – Influenceurs du Web au Québec – rév. 10/12/10 http://bit.ly/fy0l0z À consulter, partager et commenter #influenceurs #médias sociaux #reseaux sociaux

RT @Supergilbys: Twitter annonce la création de 100 millions de comptes en 2010 http://bit.ly/dUxsbM - (via @AlexBoileau) #reseaux sociaux

RT @TitanInteractif: Quelles sont les top 5 tendances marketing pour 2011? http://dlvr.it/B2ssx Très intéressant. #tendances #e-marketing

RT @beneficenet: Les Pages Jaunes s'associent à Twitter http://bit.ly/eG7bMb Pour concurrencer FB et 4SQ? #geolocalisation

RT @cdeniaud: 57% d'internautes 2.0! http://bit.ly/gRZYHJ + 6 typologies d'internautes À lire et à partager. #internautes 2.0 #reseaux sociaux

RT @JeanBoileau: Les budgets publicitaires sur les réseaux sociaux (Infographie) http://ht.ly/3mpmm Très intéressant. À partager. #entreprise 2.0

RAYMOND MORIN : Comment les médias sociaux impacteront le futur des marques [via @TNW Social Media] http://bit.ly/hYW0lX#entreprise 2.0 #reseaux sociaux

RAYMOND MORIN : TENDANCES 2011 : Quel type d'influenceur Web êtes-vous? http://bit.ly/bEDuQd via @commentcamarche À commenter! #influenceurs

RAYMOND MORIN : TENDANCES 2011 : Les tendances 2011 marketing et medias sociaux selon Jéremy DUMONThttp://bit.ly/g42JhD via @Levidepoches.fr #tendances

RAYMOND MORIN : TENDANCES 2011 : Six Social Media Trends 2011, from Harvard Business Review http://bit.ly/eKSdjG via @e_veilleur #tendances #médias sociaux

RAYMOND MORIN : TENDANCES 2011 : 11 crucial consumer trends for 2011 http://bit.ly/hfh7aq via @trendwatching #tendances #consommation

RAYMOND MORIN : TENDANCES 2011 : 7 – Social-Lites and Twinsumers : recommanding content … sharing experienceshttp://bit.ly/hfh7aq via @trendwatching #recommandations #P2P #tendances

 

RAYMOND MORIN : TENDANCES 2011 : 5 – Online status symbol – ex : Foursquare badges for performing tasks http://bit.ly/hfh7aqvia @trendwatching #Foursquare #geolocalisation #tendances

RAYMOND MORIN : TENDANCES 2011 : 3 – Pricing Pandemonium : flash sales, GPS driven-deals, group buying http://bit.ly/hfh7aqvia @trendwatching #achats groupés #geolocalisation #tendances

RT @e_veilleur: L’e-tourisme en France : vers plus de social, de mobilité et de géolocalisation http://ow.ly/3lmbp Exemples à suivre au Qc #geolocalisation

RT @psst_: RT @dominiquesalles: les tendances 2011 = marketing, communication, media, design http://bit.ly/g5d3hR #tendances Intérressant!

RT @FMcommunitys Twitter’s Official Analytics Product Has Arrived http://t.co/ln2RIXU via @mashsocialmedia @mashable À suivre! #influenceurs

RT @lesocialiseur : Les réseaux sociaux : premiers relais d'informations des médias http://bit.ly/hsYYin À partager #reseaux sociaux

RT @lesocialiseur: Les réseaux sociaux vont continuer de s'accroitre dans les entreprises: http://goo.gl/fb/Q1plT À suivre… #entreprise 2.0

RT @PierreLucLemay: …Twitter, la valorisation du site atteindrait maintenant 4 milliards… http://bit.ly/g0Gaqb Objectif : #influenceurs

*************************************************************

Merci spécial à @e_veilleur (5 RT), @Supergilbys (4 RT), @trendwatching (4 RT) et @lesocialiseur (3 RT). Et, merci également à tous les autres tweeteurs, et toutes les autres sources d'informations, qui continuent de nous fournir matières à tweeter…

Bonne lecture! À bientôt pour une nouvelle mise à jour du TOP 100 des influenceurs du Web au Québec. À suivre!

14

Tweets et retweets : Dis-moi qui tu retweetes, et je te dirai qui tu es !

posted by Raymond Morin on Samedi, juillet 10th 2010

 

TWEETS ET RETWEETSDis-moi qui tu retweetes, et je te dirai qui tu es! – JUIN 2010

 Tout a débuté avec une citation d’entrevue reprise par Alain McKenna dans le journal Les Affaires (27 mars-3 avril 2010) : «Être sur Twitter pour y être, cela ne sert à rien». Au cours de la discussion, j’expliquais au journaliste pourquoi je n’étais pas encore actif sur le fameux réseau. Personnellement, je n’y voyais encore aucune réelle utilité. Mais, avec la sortie de mon livre, j’allais peut-être y trouver des applications plus pertinentes.

 Aujourd’hui, après avoir expérimenté ce nouvel outil pendant quelques mois, je dois me rendre à l’évidence ; j’y ai finalement trouvé plusieurs avantages. Tout d’abord, pour moi, comme une grande majorité de professionnels du micro-blogging, Twitter est devenu une excellente source d’informations, vivante et dynamique, continuellement animée et renouvelée en temps réel par ses utilisateurs.  Hormis le fait qu’il soit trop souvent victime de son succès, et tombe hors-service à tout moment, Twitter s’avère désormais un rendez-vous quotidien.

 Un peu plus de trois mois après mes débuts sur Twitter, je compte près de 230 (227) abonnés, près de 400 abonnements (397), et mes tweets apparaissent sur 15 listes. Je considère ça déjà pas mal pour un début. Depuis le 26 mars, j’ai publié pas moins de 255 tweets pour une moyenne de 2,38 tweets par jour. Ça m’apparaît dans la moyenne, mais encore bien loin de celle des influenceurs. Au rythme où ils publient des tweets, on comprend vite pourquoi ils comptent autant de followers.  Ce n’est pas ce que je vise nécessairement, mais il n’était pas question non plus d’être sur Twitter juste pour y être…

Il faut dire aussi que je n’ai pas encore eu l’occasion d’expérimenter pour moi-même tout le potentiel de Twitter en RH ou en service à la clientèle, comme je l’ai fais pour mes clients. Mais, pour le moment, je m’estime pleinement satisfait des échanges d’informations, toujours pertinentes, que ça me permet de glaner à gauche et à droite. Et, plusieurs autres tweeteurs plus expérimentés y voient aussi de multiples autres applications que je n’ai pas eu la chance d’expérimenter. Pour les plus littéraires, c’est même devenu une nouvelle forme d’art ; la nanolittérature, ou la twittérature. Alors, il me reste encore beaucoup à découvrir avec ce nouveau réseau social.

Cependant, je garde aussi certaines réserves face à ce nouvel outil. Parce qu’il faut se limiter à 140 caractères, on doit aller à l’essentiel, et le message doit se trouver dans le titre. Ça limite forcément les conversations et les échanges, et rend pratiquement impossible, du moins à mes yeux, toute forme plus avancée de collaboration. À cause de ces limites inhérentes, Twitter est peut-être condamné à demeurer un média social incomplet et imparfait.

 En juin, dans la foulée de mon exploration sur Twitter, j’ai voulu adopter un rythme encore plus soutenu également sur les autres réseaux sociaux. Il y eut tout d’abord Foursquare, que j’ai pu tester davantage durant mes vacances. Avec la montée du mobile marketing, du m-couponing et de la géolocalisation, il y a plusieurs secteurs d’activités qui pourront vite profiter de ce nouvel outil. Et, je voulais en explorer davantage de ce côté avant de m’y lancer. Cependant, ça m’a également amené à publier plusieurs check-in sans grand intérêt pour mes followers sur Twitter, et mes autres profils de réseaux sociaux (Facebook et LinkedIn). Puis, en découvrant l’outil Tweetdeck (en version bêta), j’arrive aussi à gérer plus facilement ma présence à travers les nouveaux médias sociaux.

 Au début, j’ai commencé à me servir de Twitter comme fil RSS pour annoncer la publication de nouveaux billets, ou d’extraits de mon livre «Comment entreprendre le virage 2.0» sur mon blogue-portefolio ou sur SCRIBD. Puis, j’ai voulu partager mes découvertes avec mes abonnés, à qui j’ai souvent retweeté des liens et des infos que je trouvais judicieuses et pertinentes. Et, c’est lorsque certains influenceurs se sont mis à retweeter les liens vers mes tweets que j’ai saisi toute l’importance des retweets dans la dynamique de Twitter.

Le 7 juin dernier, Alexandre Poncier, un expert français reconnu pour sa vision du Web 2.0 en entreprises, a sélectionné mon plus récent billet, intitulé «Dresser le portrait Web 2.0 de l’entreprise» parmi les 10 meilleurs billets de la semaine. Par la suite, il a suffit qu’une autre tweeteuse influente au Québec, Kim Auclair, choisisse de retweeter le message de @aponcier parmi ses propres abonnés,  pour que ça génère plus de 280 visites sur mon site durant la journée, dont 250 visiteurs uniques, et plus de 400 pages lues.  Même si ça me positionne encore bien loin des véritables influenceurs (en 2430ième position… selon MonTwop 1000), ça m’aura permis d’élargir mon réseau professionnel dans le reste du Canada et à l’étranger. Spécialement de la France, d’où proviennent plus de 56 % des visites sur mon site…  et quelques invitations. 

Alors, comme il aura suffit de quelques retweets, et que la saison estivale se prête davantage aux plaisirs extérieurs et aux vacances, j’ai donc pensé vous donner congé de nouveaux billets, et, de vous faire partager plutôt mes tweets et retweets du mois de juin. Au cours des prochaines parutions, en 140 caractères maximums, vous pourrez donc consulter plus d’une trentaine de liens et de tweets sélectionnés, provenant des influenceurs et tweeteurs les plus actifs. Une façon de retourner l’ascenseur. Il y en a sûrement quelques-uns qui sauront aussi vous intéresser. Dis-moi qui tu retweetes, et je te dirai qui tu es… ! Cela fait aussi partie de la dynamique de Twitter…

 

 

 

 

 

 

 

 

2

Formation : une tendance lourde

posted by Raymond Morin on Lundi, mai 17th 2010

 

FORMATION ET COACHING EN MÉDIAS SOCIAUX :

UNE TENDANCE LOURDE CHEZ LES PROFESSIONNELS

 Depuis la parution du livre «Comment entreprendre le virage 2.0», j’ai eu l’opportunité d’avoir d’excellents échanges sur les médias sociaux, avec plusieurs professionnels provenant de nombreux secteurs. Chacune de ces rencontres m’a confirmé la tendance lourde qui s’annonçait déjà : la formation et le coaching sur les médias sociaux figurent dorénavant parmi les préoccupations majeures des professionnels et des entrepreneurs.

  Ces dernières semaines, je me suis fais plus discret sur le Web, trop occupé moi-même à mettre sur pied de nouvelles sessions de formation et d’initiation pratique pour répondre à la très forte demande. Des professionnels de tous les milieux, provenant autant des réseaux de la santé que des organismes touristiques, en passant par les centres de développements économiques locaux et d’entrepreneuriat jeunesse sans oublier les nombreuses associations et regroupements de professionnels et d’entrepreneurs.  D'ailleurs, durant la tournée des médias après la sortie de mon ouvrage, plusieurs journalistes et recherchistes m'ont aussi avoué devoir se mettre eux-mêmes à niveau avec les médias sociaux (voir section Entrevues Médias)  

Entrevue avec Gérald Fillion à RDI Économie  

Parmi les groupes que j’organise, un peu partout à travers la province, je suis ravi de retrouver autant d’entrepreneurs et de dirigeants d’organisations que de professionnels et de travailleurs autonomes. Mêmes des agences de communication et de marketing viennent mettre à jour leurs connaissances des médias sociaux. Finalement, je réalise que mes formations accueillent des professionnels de toutes les générations. Et, je me réjouis de recevoir de plus en plus de baby-boomers qui veulent se rattraper et s’initier au Web 2.0.  Toutes générations confondues, on semble enfin réaliser toute l’ampleur de la nouvelle révolution des médias sociaux. La question n’est plus de savoir si on doit prendre le virage 2.0, mais comment le faire pour en tirer le maximum… (voir le clip Social Media Revolution, de Eric Qualman (Socialnomics09) )

Les professionnels et les entrepreneurs privilégient dorénavant une approche davantage axée sur une compréhension plus globale du phénomène.  On souhaite d’abord acquérir une vision à 360 degrés, qui permettra par la suite de choisir plus efficacement les outils qui conviendront au contexte professionnel. La plupart optent d’ailleurs pour une première formation d’initiation de 3 heures, avant d’approfondir certaines applications en particulier. Enfin, on semble vouloir s’attarder à mieux comprendre les nouveaux paradigmes et les enjeux de la nouvelle culture numérique. Pour paraphraser Neil Armstrong, le premier homme à marcher sur la Lune, en 1969 ; « C'est un petit pas pour l'homme, mais un bond de géant pour l'humanité ». Et, ça se passait la même année que naissait l’Arpanet, l’ancêtre d’Internet…

2

Formation et coaching en medias sociaux

posted by Raymond Morin on Dimanche, mai 2nd 2010

 

Nouvelles sessions de formation et de coaching en médias sociaux, disponibles en soirée : « Comment entreprendre le virage 2.0 »

Pour répondre à la très forte demande suscitée avec le livre « Comment entreprendre le virage 2.0 », de nouvelles sessions de formation et de coaching en médias sociaux seront disponibles en soirée, dès le début juin.

Ces sessions de formation publiques, s’adressent à tous ceux qui souhaitent apprivoiser le phénomène des nouveaux médias sociaux ; autant aux chefs de PME et de micro-entreprises qu’aux dirigeants d’organisations, qu’aux professionnels indépendants et aux travailleurs autonomes de tous les secteurs.

Pendant quatre heures (de 18 h. à 22 h.), les participants acquièrent les notions essentielles leur permettant de mieux comprendre les nombreuses applications du Web 2.0 dans un contexte de travail. Divisées en deux parties, ces sessions intensives comprennent :

-       2 heures de formations théoriques sur les nouveaux paradigmes du Web 2.0, la nouvelle génération d’utilisateurs et les principaux outils qu’offrent les médias sociaux pour les professionnels,

-       2 heures d’atelier, au cours duquel chaque participant met en pratique les notions apprises, dans l’élaboration d’un premier plan de communication à travers les médias sociaux et basé sur ses propres besoins

Avec la formation « Comment entreprendre le virage 2.0 », les participants acquièrent une vision à 360 degrés des médias sociaux dans un contexte professionnel. Ils repartent avec un vaste bagage de nouvelles connaissances qui leur permettront d’entreprendre le virage du Web 2.0 en toute assurance.  

Les premiers ateliers débuteront dès le mardi 1er juin. Inscrivez-vous dès maintenant pour réserver votre place à la date qui vous convient. Les places sont limitées à cinq (5) participant(e)s par atelier. Des tarifs spéciaux sont accordés aux travailleurs autonomes et aux représentants d’OSBL.  Des sessions de coaching individuel sont également offerts.

Pour connaître le calendrier des formations, ou pour réserver votre session, écrivez àraymondmorin58@gmail.com, ou appelez au (514) 998-5712.

6

La revanche de la Génération A

posted by Raymond Morin on Jeudi, avril 15th 2010

 

      La revanche de la Génération A

Le week-end dernier, quelques rencontres faites au hasard m’ont démontré, une fois de plus, que les médias sociaux rejoignent dorénavant toutes les couches de la société, y compris celle des aînés. Tandis que les observateurs mettent désormais le focus sur l’arrivée des natifs du Web sur le marché du travail, les séniors numériques (55 ans et plus) se manifestent de plus en plus nombreux sur la Toile.

Cette nouvelle Génération A (A pour aînés), qu’on désigne aussi comme les zoomers (re : Moses Znaimer avec le magazine Zoomer), regroupe en fait les nombreux baby-boomers (nés entre 1947 et 1964) qui ont su s’adapter aux nouveaux outils du Web, ou qui entreprennent de le faire. Souvent retraités, ou semi-retraités, ils bénéficient d’un pouvoir d’achat appréciable qui leur permet de privilégier la qualité de leur expérience de vie au détriment du reste. Ils ont définitivement adopté un style de vie urbaine, et profitent pleinement de leur temps libre. Aussi, malgré toutes les craintes qu’ils éprouvaient au départ, ils sont de plus en plus en plus nombreux à adhérer au réseau Internet, et à y trouver de nombreux avantages.

Vendredi, 9 avril 2010 – 17 h. à 19 h. Hôtel de ville de Saint-Gabriel-de-Brandon

Tout d’abord, vendredi soir au vernissage de la peintre Magalie Comeau, j’ai rencontré plusieurs personnalités de la région qui n’ont cessé de me jaser de Facebook et de Twitter. De la candidate du PLC dans Berthier-Maskinongé, madame Francine Gaudet, qui s’enthousiasmait devant toutes les possibilités du Web 2.0 pour sa prochaine campagne. Au maire de la petite municipalité de La Visitation-de-l’Île-Dupas, en poste depuis trente ans, m. Maurice Désy, qui s’avouait dépassé par l’informatique, tout en reconnaissant devoir faire installer de la fibre optique sur son territoire pour répondre à la demande d’Internet haute-vitesse. Sans oublier la jeune peintre, Magalie, que je vais accompagner virtuellement à travers sa nouvelle incursion dans les médias sociaux pendant qu’elle sera au Pavillon du Canada à Shangai. Une fantastique aventure que je me ferai un plaisir de vous faire suivre à travers son nouveau blogue.

Samedi, 10 avril 2010 – 14 h. 30 Rives du Lac Hénault (Mandeville, QC)

Le lendemain après-midi, tandis que je croquais des images du paysage dans le sous-bois, sur les rives du Lac Hénault, nous avons rencontré notre charmant voisin Albert. Soixante-sept ans bien sonnés, il nous expliquait, les yeux tout pétillants, à quel point il appréciait grandement l’arrivée d’Internet haute-vitesse dans la région. Dorénavant, grâce à Skype, il pouvait communiquer à tous les soirs avec sa fille qui s’était exilée aux USA pour un long voyage. Désormais, ils pouvaient échanger instantanément photos, vidéos et musiques, et ainsi voir évoluer sa petite-fille chérie durant leur périple. Il nous racontait aussi fièrement comment, dorénavant il dénichait les meilleurs «deals» grâce à Internet. Comment il venait justement de s’équiper d’une caméra HD pour beaucoup moins cher, chez un détaillant de la région qu’il avait découvert sur le Web. Puis, il nous révélait timidement s’être inscrit sur un site de réseautage social dans l’espoir de faire de nouvelles rencontres et combler un peu sa solitude… Bref, maintenant qu’il profitait des nombreux avantages des outils du Web 2.0, il n’allait plus pouvoir s’en passer.

Aussi, après ces quelques rencontres, je suis revenu en ville, convaincu plus que jamais qu’il fallait aussi considérer cette catégorie d’âge dans notre approche. Dans le blogue du CEFRIO, (dernière mise à jour 3 février 2010) Annick Desforges décrit très bien l’importance de la Génération A : « Le Québec compte désormais un million d’aînés internautes réguliers et 475 000 occasionnels. En d’autres mots, presque la moitié (48 %) des Québécois de 55 ans et plus naviguent tous les jours sur Internet… c’est de toute évidence celui pour lequel on observe le plus fort taux de croissance (35 %) depuis ces deux dernières années.»

Un peu partout dans le  monde, d’autres études confirment la tendance du virage Web 2.0 des aînés et des baby-boomers. Accenture souligne notamment que lorsqu’il s’agit de créer un nouveau blogue, d’utiliser Twitter ou de s’inscrire à un site de réseautage social, les 45-55 ans prennent le virage 2.0 à un taux 20 fois supérieur aux 18-24 ans. Tandis que l’Institut de recherche américain Pew vient de publier une analyse qui démontre que les baby-boomers ont massivement adopté le numérique ; ils regroupent désormais 34 % des internautes (contre 28 % en 2000) et génèrent près du tiers (32 %) du trafic contre un peu moins du quart (24 %) il y a dix ans.

On ne peut plus négliger la présence des aînés de la Génération A à travers les médias sociaux. Au cours des prochaines années, ils prendront une place toujours plus importante, et exigeront des contenus et des services mieux adaptés à leurs besoins. Les entreprises et leurs agences interactives devront dorénavant considérer ce nouveau paradigme dans leur approche du Web 2.0.

23

Savoir profiter des nouveaux outils du Web

posted by Raymond Morin on Jeudi, avril 1st 2010

                                                      SAVOIR PROFITER DES NOUVEAUX OUTILS DU WEB !

Ce matin, je lisais le signet de Chantal Guy (La Presse), Essentielle superficialité, dans lequel elle commente l’arrivée imminente du iPad. Elle y soulève l’importance de la nature exhibitionniste de l’homme qui se révèle à travers des plateformes comme Facebook et Twitter… et, elle remet en question la survie de notre rapport affectif au livre-objet… au détriment du véritable lien social qui s’établit chez les amoureux du livre.

Sa réflexion m’a ramené à l’entrevue réalisée la veille à CHOI-FM (Le Retour de Radio X) avec Danny Houle et Marie Lefebvre. L’animatrice s’inquiétait justement de la qualité de nos relations interpersonnelles à cause du phénomène des médias sociaux. Je lui ai alors rétorqué qu’au contraire, si on parvient à dépasser l’utilisation ludique et à découvrir leurs véritables vertus, ces nouveaux outils du Web 2.0 peuvent nous permettre d’améliorer nos conditions de vie, et du coup, ses relations.

Durant la promotion du livre Comment entreprendre le virage 2.0, j’ai réalisé une trentaine d’entrevues avec les médias. Et, à chaque fois, j’ai pu constater à quel point les nouveaux réseaux sociaux apparaissent encore nébuleux pour la plupart, et ce malgré leur énorme popularité. En même temps, j’ai aussi observé une profonde volonté des gens de s’y retrouver, et de mieux comprendre ces nouveaux outils du Web pour enfin pouvoir en profiter.

La promotion de mon ouvrage s’achève, et l’attachée de presse (Marie Marsolais) de mon éditeur (Éditions Transcontinental, en collaboration avec La Fondation de l’entrepreneurship) a accomplit un travail vraiment extraordinaire. Toutes ces entrevues, et les conférences auxquelles j’ai participé m’ont permis de confirmer la pertinence de mon ouvrage. Et l’importance d’apporter une vision élargie, à 360 degrés, pour débroussailler le phénomène.

Suite au tourbillon des entrevues avec les médias, c’est avec fierté que je me joins à l’agence d’interaction Phéromone. J’y poursuivrai la mission que je me suis donné avec mon livre Comment entreprendre le virage 2.0. Je suis vraiment comblé, et très enthousiaste, de me retrouver dans un contexte de travail où l’humain se retrouve au centre des préoccupations. Je vais partager le quotidien d’une formidable équipe de professionnel(le)s qui partagent la même vision du Web 2.0 et des médias sociaux.

Au cours des prochaines semaines, nous vous annoncerons une première série de conférences et d’ateliers de formations publiques. Ouvertes aux travailleurs autonomes, aux professionnels et aux PME qui n’ont qu’une ou deux personnes à former, ces séances publiques de formation sur les réseaux sociaux permettront aux participants de mieux comprendre comment on élabore une stratégie de communication efficace dans l’univers du Web 2.0. Pour finalement tirer profit des nouveaux médias sociaux… au-delà de la superficialité!